• Militantisme

    Il n'est pas question d'apporter ici une quelconque recette miracle sur le militantisme et encore moins une orientation idéologique.

    Gaulois n'est pas un intellectuel, n'a pas fréquenté les grandes écoles. Il n'a même pas le bac ! Tout juste le certificat d'études obtenu en 1958. Peu de personnes se souviennent de ce diplôme scolaire. Ceci posé, mon militantisme durant de nombreuses années, à défaut d'avoir eu une quelconque efficacité, répondait à l'extériorisation d'une révolte intérieure.

    Je crois avant tout qu’il y a deux grandes catégories de militants, même si le militantisme en général est vaste et diversifié. Chaque individu n'a-t-il pas sa manière propre de militer, en fonction de sa sensibilité et de sa perception des évènements.

    Le militant que je qualifie, à tors ou à raison, de passif ( Signer des pétitions, faire des dons, faire circuler l’information, etc.… ). Le militant actif. Nous parlons alors de militants « Activistes » ou « De terrain ». Je m’attarde sur cette catégorie qui me correspond le mieux. J’exclus de mon champ de vision le militantisme politique, bien qu'à à travers les actes militants nous devons très souvent interpeller les politiques. Ce qui est fondamentalement différent du militantisme visant à se ranger et défendre un parti politique.

    Nous entendons souvent dire que telle ou telle personne possède la fibre militante.

    Je ne suis pas persuadé que l’individu possède en lui les gènes du militantisme. Je crois au contraire que l’on devient militant alors que rien ne nous prédispose à priori à le devenir.

    En fait avoir la fibre militante ne suffit pas. Ou plutôt je suis persuadé qu’il faut des éléments déclencheurs qui font que l’on devient militant. Nous pouvons parler de prise de conscience ou réveil de conscience. Les aléas de la vie, notre environnement, le milieu familial, nos fréquentations et finalement notre propre sensibilité peuvent être le terreau de nos motivations. Tout cela influe sur nos orientations militantes.

    Attention aux pratiques douteuses à caractère sectaire et parfois de partis politiques qui profitent de la faiblesse psychologique d’individus, pour les « endoctriner ». La jeunesse, plus malléable, insuffisamment éclairée et moins vigilante est souvent leur cible. Mais la génération actuelle réagit plutôt bien.

    La conviction est un élément déterminant chez le militant. Bien entendu intervient la notion de légitimité militante. Toutefois, prenons garde de ne pas nous enfermer dans un jusqu’au boutisme néfaste. Nous devons rester ouvert sur le monde extérieur et rester objectif.

    Ce n’est pas toujours facile, convenons-en. Je refuse le militantisme dans la violence.

    Par exemple, nous pouvons être opposés aux OGM et militer activement dans ce sens, tout en étant pour le nucléaire et même militer aussi dans ce sens. J’ose dire que fort heureusement, c’est peu fréquent et les anti OGM sont généralement aussi anti nucléaire ( c’est mon cas ). Tout comme des anti-nucléaires sont opposés aux éoliennes ! Nous sommes là dans un cadre de sensibilité environnementale, avec parfois les contradictions que je viens de citer. C’est-à-dire le débat contradictoire par exemple entre anti et pro OGM, ou l’antagonisme peut influencer la qualité et l’issue d’un débat. L’auditoire est alors perplexe ou convaincu par l’une ou l’autre des parties en fonction de la qualité des arguments avancés.

    Il n’est pas interdit d’évoluer, et c’est même souhaitable, sur les valeurs que nous croyons être justes. Tout le monde, sans exception, peut se tromper. J’attache une grande importance au fait que l’on reconnaisse ses propres erreurs. Par exemple, il y a quelques années, je défendais les biocarburants, ou agrocarburants. Tout le monde ou presque, sait que c’est une erreur fondamentale qui accentuerait la faim dans le monde, en transforment les terres cultivables en cultures de biocarburants..

    Je constate un militantisme plus prononcé dans les milieux de l’enseignement. J’y vois deux raisons. La disponibilité et la prédisposition à un éveil plus ouvert.

    Je suis assez méfiant de militants qui cherchent à tirer un profit personnel ou se mettre en valeur à militer au sein d’associations. Il me semble que militer c’est mettre en commun des valeurs et des idées pour le bien de tous.

    Chaque individu peut militer, au sein d’une association ou individuellement, mais dans un esprit collectif. Il est fréquent de militer individuellement, sans adhérer à une association par souci de liberté individuelle et ne pas souhaiter se faire « Embrigader », tout en participant au travail associatif. L’inconvénient majeur étant, comme cela m'est arrivé quelquefois, d’être exclus des décisions. Ce qui à mon sens est profondément injuste. Je prétend qu'une voix individuelle non dictée par un groupe, a autant de valeur que les voix issues de ce même groupe.

    Enfin, militer n’est pas de vouloir à toute force changer le monde, c’est exprimer une volonté d’améliorer et protéger le bien être de tous, tant sur le plan social qu’environnemental, intimement liés, si fragiles et mis à mal par les humains.

    Résister, c'est exister

    Le modèle de développement économique actuel, imposé par le « Système capitaliste » des « Maîtres du monde », détruit les équilibres planétaires indispensables à la survie de l’espèce humaine, ainsi que la faune et la flore qui accompagnent notre destinée.

    La folle idéologie de la croissance, propre à ce système particulièrement destructeur, oblige au gaspillage irrémédiable de nos réserves en ressources naturelles.

    Nos produits chimiques et nos déchets empoisonnent le sol, l’atmosphère, l’eau, l’air, nos aliments et notre sang.

    De puissants organismes privés s’approprient abusivement et sans vergogne le patrimoine commun, grâce aux lois scélérates qu’ils se font fabriquer par leurs complices politiques. Y compris en « brevetant » le vivant, comme ces semenciers qui, avec leurs OGM, nous dépossèdent de notre souveraineté alimentaire et en violation de notre intégrité génétique.

    Les promoteurs du lobby nucléaire, tant civil que militaire…intimement liés, sont parvenus à contrôler les plus hautes instances gouvernementales internationales. Ils mettent en danger constant des régions, des pays…la planète entière pour des siècles, dans le mépris total de toutes concertations populaires. Ceci grâce à la complicité des grandes puissances atomiques qui ont corrompu et instrumentalisé le conseil de sécurité de l’ONU.

    Des milliards d’humains, hommes, femmes et enfants, pour gagner quotidiennement leur droit à la vie, sont asservis au travail imposé par quelques milliers d’autres. Des millions d’entre eux, hommes, femmes et enfants, qui ne possèdent rien d’autre, sont contraints de louer leur corps, quand ce n’est pas vendre leurs organes.

    Dans le cadre de notre profession, nous, comme des milliards d’autres producteurs, vendons notre énergie et notre âme au « système » en agissant le plus souvent en totale contradiction avec nos opinions.

    Dans la vie courante, nous sommes les victimes asservies et formatées, des verrouillages psychologiques judicieusement entretenus par les religions, les traditions, les corruptions politiques, les manipulations médiatiques et les mensonges d’état !

     Chaque jour, plusieurs dizaines de milliers de nos semblables, hommes, femmes et surtout près de trente milles enfants meurent prématurément de la sous-condition socio-économique et de maladies évitables qui leur sont infligées. Plus d’un milliard de personnes ne mangent pas à leur faim et n’ont pas accès à l’eau potable !

    Alors que seulement 62 personnes possèdent autant que la moitié la plus pauvre de la population mondiale ! https://www.oxfamfrance.org/communique-presse/justice-fiscale/davos-2016-62-personnes-possedent-autant-que-moitie-plus-pauvre

    Richesses dont ils fixent le prix, au nom de leurs lois du marché qu’ils nous imposent !….

    La manière dont nous traitons nos relations socio-économiques nous accable de soucis, de maladies, de tâches inutiles, de confrontations futiles, de conflits et de guerres aussi meurtrières qu’imbéciles.

    Nous fabriquons et vendons des armes qui, finalement, ne servent qu’à pérenniser et fortifier la domination des pouvoirs et dictatures en place.

    Nos démocraties sont bafouées par les prérogatives que s’attribuent des instances qui ne disposent d’aucun mandat populaire.

    Les dirigeants, avides de pouvoir et de richesses, assoient leur dictature sur notre passivité. Contrôlant notre âme et cultivant notre peur.

    Encore et surtout, nos luttes dispersées, désorganisées, erratiques et divisées ne parviennent pas à enrayer la progression des désordres et de la misère.

    Face à l’ordre mondial qu’ils ont instauré et …Orchestré seulement par ces quelques milliers de personnes, dans le mensonge, le secret, la domination et la terreur, une seule alternative est possible :

    Accepter ! Et se réfugier dans la soumission, refuser d’ouvrir les yeux ! Subir le terrorisme d’état !!

    Ou alors vaincre sa peur et dire NON !

    Car Aujourd’hui, nous sommes toutes et tous fermement invités à dire NON !

    NON ! au monstre sans visage qui nous gouverne.

    NON ! à la primauté du commerce sur la vie.

    NON ! Aux pseudo-lois du marché.

    NON ! À la concurrence et à la guerre économique, Inutilement dévoreuses d’énergie, de matières premières et de vies.

    NON ! À la dictature bancaire et financière privée.

    NON ! Au détournement de la finalité de l’économie.

    NON ! Aux prétentions de qui que ce soit à l’hégémonie politique et culturelle.

    NON ! À toutes formes de discrimination, de domination et d’exploitation.

    NON ! A cette justice à la botte du pouvoir en place et à ses ordres, expéditive et orientée.

    NON ! Aux violences et bavures policières, toujours plus nombreuses et souvent mortelles !

    Dire non ne suffit pas !

    Refusons d’être les cobayes des capitalistes sans scrupules.

    Refusons de continuer à participer à l’entreprise poursuivie par nos dirigeants, de destruction accélérée de notre civilisation et du monde.

    Refusons d’être des moutons dociles et aveugles.

    Refusons d’être, notre vie entière, des vaches à lait.

    Refusons de nous laisser conduire à l’abattoir.

    Intervenons ensemble ou individuellement, à n’importe quel endroit et à n’importe quel moment, chaque fois que la satisfaction d’un intérêt privé menace la santé, la sécurité et le bien être de la société ou celle d’un des éléments qui la compose.

    Aujourd’hui, parce que l’humanité entière est artificiellement mise en souffrance et en danger de mort par une minorité de ses membres, alors que tous les paramètres sont réunis pour qu’il en soit autrement. Nous, citoyennes et citoyens de tous horizons, responsables de ce monde, sommes fondés à entrer en légitime résistance civique, active et pacifique.

    Souvenons-nous toujours : Individuellement, nous possédons moins de pouvoir qu’une

    goutte d’eau. Tous ensemble, nous sommes un océan !

    Si Jean Rostand déclarait : l’obligation de subir nous donne le droit de savoir.

    Aujourd’hui nous déclarons qu’il est urgent d’agir pour ne plus subir.

    Résister, c’est exister ! Exister, c’est être libre !

    J'accepte le contrat tacite des gens qui dorment 

    Ou la triste réalité des gens qui acceptent tout

    Auteur : Fuck the system       Le système mis en place dans notre monde libre repose sur l'accord tacite d'une sorte de contrat passé avec chacun d'entre nous dont voici, dans les grandes lignes, le contenu.
    Voici le contrat reconductible par tacite reconduction que vous signez chaque matin en vous réveillant simplement et ne faisant rien
    Peu importe nos croyances ou nos idées politiques, le système mis en place dans notre monde libre repose sur l'accord tacite d'une sorte de contrat passé avec chacun d'entre nous, dont voici dans les grandes lignes le contenu :           1) J'accepte la compétition comme base de notre système, même si j'ai conscience que ce fonctionnement engendre frustration et colère pour l'immense majorité des perdants.

    2) J'accepte d'être humilié ou exploité a condition qu'on me permette a mon tour d'humilier ou d'exploiter quelqu'un occupant une place inférieure dans la pyramide sociale.

    3) J'accepte l'exclusion sociale des marginaux, des inadaptés et des faibles car je considère que le prise en charge de la société a ses limites.

    4) J'accepte de rémunérer les banques pour qu'elles investissent mes salaires à leur convenance, et qu'elles ne me reversent aucun dividende de leurs gigantesques profits (qui serviront a dévaliser les pays pauvres, ce que j'accepte implicitement). J'accepte aussi qu'elle prélèvent une forte commission pour me prêter de l'argent qui n'est autre que celui des autres clients.

    5) J'accepte que l'on congèle et que l'on jette des tonnes de nourriture pour ne pas que les cours s'écroulent, plutôt que de les offrir aux nécessiteux et de permettre à quelques centaines de milliers de personnes de ne pas mourir de faim chaque année.

    6) J'accepte qu'il soit interdit de mettre fin à ses jours rapidement, en revanche je tolère qu'on le fasse lentement en inhalant ou ingérant des substances toxiques autorisées par les états.

    7) J'accepte que l'on fasse la guerre pour faire régner la paix. J'accepte qu'au nom de la paix, la première dépense des états soit le budget de la défense. J'accepte donc que des conflits soient créés artificiellement pour écouler les stocks d'armes et faire tourner l'économie mondiale.

    8) J'accepte l'hégémonie du pétrole dans notre économie, bien qu'il s'agisse d'une énergie coûteuse et polluante, et je suis d'accord pour empêcher toute tentative de substitution, s'il s'avérait que l'on découvre un moyen gratuit et illimité de produire de l'énergie, ce qui serait notre perte.

    9) J'accepte que l'on condamne le meurtre de son prochain, sauf si les états décrètent qu'il s'agit d'un ennemi et nous encouragent à le tuer.

    10) J'accepte que l'on divise l'opinion publique en créant des partis de droite et de gauche qui passeront leur temps à se combattre en me donnant l'impression de faire avancer le système. j'accepte d'ailleurs toutes sortes de divisions possibles, pourvu qu'elles me permettent de focaliser ma colère vers les ennemis désignés dont on agitera le portrait devant mes yeux

    11) J'accepte que le pouvoir de façonner l'opinion publique, jadis détenu par les religions, soit aujourd'hui aux mains d'affairistes non élus démocratiquement et totalement libres de contrôler les états, car je suis convaincu du bon usage qu'ils en feront.

    12) J'accepte l'idée que le bonheur se résume au confort, l'amour au sexe, et la liberté à l'assouvissement de tous les désirs, car c'est ce que la publicité me rabâche toute la journée. Plus je serai malheureux et plus je consommerai : je remplirai mon rôle en contribuant au bon fonctionnement de notre économie.

    13) J'accepte que la valeur d'une personne se mesure à la taille de son compte bancaire, qu'on apprécie son utilité en fonction de sa productivité plutôt que de sa qualité, et qu'on l'exclue du système si elle n'est plus assez productive

    14) J'accepte que l'on paie grassement les joueurs de football ou des acteurs, et beaucoup moins les professeurs et les médecins chargés de l'éducation et de la santé des générations futures

    15) J'accepte que l'on mette au banc de la société les personnes âgées dont l'expérience pourrait nous être utile, car étant la civilisation la plus évoluée de la planète (et sans doute de l'univers) nous savons que l'expérience ne se partage ni ne se transmet

    16) J'accepte que l'on me présente des nouvelles négatives et terrifiantes du monde tous les jours, pour que je puisse apprécier a quel point notre situation est normale et combien j'ai de la chance de vivre en occident. je sais qu'entretenir la peur dans nos esprits ne peut être que bénéfique pour nous.

    17) J'accepte que les industriels, militaires et politiciens se réunissent régulièrement pour prendre sans nous concerter des décisions qui engagent l'avenir de la vie et de la planète.

    18) J'accepte de consommer de la viande bovine traitée aux hormones sans qu'on me le signale explicitement. J'accepte que la culture des OGM se répande dans le monde entier, permettant ainsi aux trusts de l'agroalimentaire de breveter le vivant, d'engranger des dividendes conséquents et de tenir sous leur joug l'agriculture mondiale.

    19) J'accepte que les banques internationales prêtent de l'argent aux pays souhaitant s'armer et se battre, et de choisir ainsi ceux qui feront la guerre et ceux qui ne la feront pas. Je suis conscient qu'il vaut mieux financer les deux bords afin d'être sûr de gagner de l'argent, et faire durer les conflits le plus longtemps possible afin de pouvoir totalement piller leurs ressources s'ils ne peuvent pas rembourser les emprunts.

    20) J'accepte que les multinationales s'abstiennent d'appliquer les progrès sociaux de l'occident dans les pays défavorisés. Considérant que c'est déjà une embellie de les faire travailler, je préfère qu'on utilise les lois en vigueur dans ces pays permettant de faire travailler des enfants dans des conditions inhumaines et précaires. Au nom des droits de l'homme et du citoyen, nous n'avons pas le droit de faire de l'ingérence.

    21) J'accepte que les hommes politiques puissent être d'une honnêteté douteuse et parfois même corrompus. je pense d'ailleurs que c'est normal au vu des fortes pressions qu'ils subissent. Pour la majorité par contre, la tolérance zéro doit être de mise.

    22) J'accepte que les laboratoires pharmaceutiques et les industriels de l'agroalimentaire vendent dans les pays défavorisés des produits périmés ou utilisent des substances cancérigènes interdites en occident.

    23) J'accepte que le reste de la planète, c'est-à-dire quatre milliards d'individus, puisse penser différemment à condition qu'il ne vienne pas exprimer ses croyances chez nous, et encore moins de tenter d'expliquer notre Histoire avec ses notions philosophiques primitives.

    24) J'accepte l'idée qu'il n'existe que deux possibilités dans la nature, à savoir chasser ou être chassé. Et si nous sommes doués d'une conscience et d'un langage, ce n'est certainement pas pour échapper à cette dualité, mais pour justifier pourquoi nous agissons de la sorte.

    25) J'accepte de considérer notre passé comme une suite ininterrompue de conflits, de conspirations politiques et de volontés hégémoniques, mais je sais qu'aujourd'hui tout ceci n'existe plus car nous sommes au summum de notre évolution, et que les seules règles régissant notre monde sont la recherche du bonheur et de la liberté de tous les peuples, comme nous l'entendons sans cesse dans nos discours politiques.

    26) J'accepte sans discuter et je considère comme vérités toutes les théories proposées pour l'explication du mystère de nos origines. Et j'accepte que la nature ait pu mettre des millions d'années pour créer un être humain dont le seul passe-temps soit la destruction de sa propre espèce en quelques instants.

    27) J'accepte la recherche du profit comme but suprême de l'Humanité, et l'accumulation des richesses comme l'accomplissement de la vie humaine.

    28) J'accepte la destruction des forêts, la quasi-disparition des poissons de rivières et de nos océans. J'accepte l'augmentation de la pollution industrielle et la dispersion de poisons chimiques et d'éléments radioactifs dans la nature. J'accepte l'utilisation de toutes sortes d'additifs chimiques dans mon alimentation, car je suis convaincu que si on les y met, c'est qu'ils sont utiles et sans danger.

    29) J'accepte la guerre économique sévissant sur la planète, même si je sens qu'elle nous mène vers une catastrophe sans précédent.

    30) J'accepte cette situation, et j'admets que je ne peux rien faire pour la changer ou l'améliorer.

    31) J'accepte d'être traité comme du bétail, car tout compte fait, je pense que je ne vaux pas mieux.

    32) J'accepte de ne poser aucune question, de fermer les yeux sur tout ceci, et de ne formuler aucune véritable opposition car je suis bien trop occupé par ma vie et mes soucis. J'accepte même de défendre à la mort ce contrat si vous me le demandez.

    33) J'accepte donc, en mon âme et conscience et définitivement, cette triste matrice que vous placez devant mes yeux pour m'empêcher de voir la réalité des choses. Je sais que vous agissez pour mon bien et pour celui de tous, et je vous en remercie.

    Fait par amitié sur la Terre, le 11 septembre 2003.    

    Gaulois.

    La lucidité est une forme de résistance.

     

     


    votre commentaire
  •  Méga fichier

     Nous sommes tous fichés

    Les dérives sur les libertés n'ont jamais été aussi dangereuses.

    Le pire, c'est que les surveillances individuelles sont ordonnées par des hauts ( Pas si haut que ça ! ) personnages, puisque n'en déplaise aux adorateurs de ces anciens dirigeants, le conseil constitutionnel est composé d'anciens chefs d'état qui n'ont jamais vraiment respecté la vie privée des populations.

    Que l'on ne nous chante pas la grande messe de la sécurité pour justifier de telles mesures ! D'ailleurs de quelle sécurité s'agit-il ? Celles de ceux qui bien sûr se prennent pour les élites de la nation.

    Papon 2, pardon, le ministre de l'intérieur a bien pris la précaution de faire publier le décret un dimanche de Toussaint. C'est, comme bien souvent pour ce genre de texte, d'une grande fourberie.

     

    Passe d’armes au sein de l’exécutif sur le TES, le « mégafichier » des 60 millions de Français

     

    Le lancement du TES est prévu mardi dans les Yvelines. Mais sa dimension exceptionnelle et les conditions de sa création suscitent la controverse.

    Le Monde.fr avec AFP | 08.11.2016

     

     http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/11/08/passe-d-armes-au-sein-de-l-executif-sur-le-tes-le-megafichier-des-60-millions-de-francais_5026925_4408996.html

    La polémique autour du fichier regroupant les données personnelles des Français s’est amplifiée lundi 7 novembre avec les protestations de la secrétaire d’Etat chargée du numérique, Axelle Lemaire, et du Conseil national du numérique (CNNum), qui a demandé sa suspension, poussant le ministre de l’intérieur à monter au créneau.

    Lire aussi :   La création d’un fichier rassemblant 60 millions de Français suscite de vives inquiétudes

    Dans une lettre de quatre pages adressée à cet organe consultatif, Bernard Cazeneuve a assuré que sa création s’était effectuée « dans la transparence », qu’il y avait eu« débat » et que « les étapes du travail interministériel » avaient bien été suivies. « Je ne veux pas entrer dans des polémiques inutiles », a-t-il ajouté en réponse à la secrétaire d’Etat, en marge d’un déplacement à Calais. Tout en disant respecter le fait que sa collègue exprime ses « convictions », il a néanmoins lancé : « Le gouvernement, c’est la solidarité. »

    Le fichier, baptisé « Titres électroniques sécurisés » (TES), a fait l’objet d’un décret paru le 30 octobre au Journal officiel. Il réunit dans une seule base de données – identité, couleur des yeux, domicile, photo, empreintes digitales… – les détenteurs d’un passeport et d’une carte d’identité, et concerne potentiellement près de 60 millions de Français.

    « De réels problèmes de sécurité »

    Son lancement officiel est prévu mardi dans les Yvelines, département « pilote », avant sa généralisation dans toute la France à partir du début de 2017. Mais sa dimension exceptionnelle, les risques de piratage et, surtout, les conditions de sa création, sans concertation publique ni débat parlementaire, suscitent la controverse.

    Dans un entretien au quotidien L’Opinion publié lundi, Mme Lemaire a déploré « un dysfonctionnement majeur » « Ce décret a été pris en douce par le ministère de l’intérieur, un dimanche de Toussaint, en pensant que ça passerait ni vu ni connu. » Pour elle, « ce genre de fichiers » pose « de réels problèmes de sécurité » à l’heure où les cyberattaques constituent un fléau à grande échelle.

    Le CNNum a également appelé le gouvernement à « suspendre la mise en œuvre » du TES. Déplorant « l’absence de toute concertation préalable à la publication du décret », il l’a invité à ouvrir « une réflexion interministérielle » sur le sujet. Selon l’organe consultatif, le nouveau fichier laisse « la porte ouverte à des dérives aussi probables qu’inacceptables » et est « propice aux détournements massifs de finalités ».

    La semaine dernière, la présidente de la Commission informatique et libertés (CNIL), Isabelle Falque-Pierrotin, s’était déjà élevée contre la création d’un dispositif aussi sensible sans débat parlementaire. « Il ne nous paraît pas convenable qu’un changement d’une telle ampleur puisse être introduit presque en catimini », avait-elle affirmé à l’Agence France-Presse, en appelant la représentation nationale à se saisir du dossier pour en peser « les avantages et les inconvénients ».

    Lire aussi :   Bernard Cazeneuve défend la création du fichier rassemblant les données de 60 millions de Français

    « Mesure liberticide et dangereuse »

    Regrettant également l’absence de « débat démocratique », le Parti communiste français (PCF) a demandé lundi au gouvernement d’« abroger le décret et de mandater la CNIL et le CNNum pour faire des propositions alternatives de sécurisation des titres d’identité sous contrôle parlementaire »Europe Ecologie-Les Verts a aussi réclamé la mise en place d’un dialogue sur le sujet, dénonçant « une mesure liberticide et dangereuse ».

    A droite, Jean-François Copé (Les Républicains) s’est dit « très circonspect », estimant que l’absence d’information d’Axelle Lemaire sur le sujet était « un mégacouac gouvernemental ». Le nouveau fichier « respecte strictement l’Etat de droit », a assuré en revanche l’ancien premier ministre François Fillon (LR), lui aussi candidat à la primaire de droite pour la présidentielle.

    En 2012, un projet de loi de la droite créant un mégafichier pour lutter contre l’usurpation d’identité et permettre l’identification d’une personne à partir de ses données – empreintes digitales notamment –, y compris à des fins judiciaires, avait été censuré par le Conseil constitutionnel en raison de sa seconde finalité.

    Pour le ministre de la justice, Jean-Jacques Urvoas, qui avait critiqué à l’époque le dispositif, le TES répond aujourd’hui « à l’objectif d’un juste équilibre entre la protection de l’identité de nos concitoyens et la garantie des libertés publiques ».

    Lire aussi :   Fichier des Français : les oublis et les erreurs de Cazeneuve et Urvoas

    Le débat parlementaire de pure forme annoncé est pipé d'avance et destiné à donner le change.


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La liberté n'a pas de prix

    Gaulois.

     


    votre commentaire
  • Légion d'honneur


    Ou de la confiture donnée à tors et à travers.

    Ma réflexion va dans le même sens que mon article précédent de ce jours. Légion d'honneur, Marseillaise, drapeau, c'est du pareil au même. Des attrapes nigaud destinés à transformer les braves citoyens en moutons bien sages.

    Pour ce qui est de la légion d'honneur, vous avez sans doute remarqué avec quelle facilité elle est distribuée, mais pas à n'importe qui. Cette distinction, si peu distinguée est réservée à celles et ceux qui ont su faire parler d'eux et souvent, piétiner le bon peuple. Le peuple lui, se contente parfois de la médaille du travail, une autre distinction pas plus honorable, si si !!

    La preuve :

    Il y a une bonne quinzaine d'années, alors que je protestais contre ma précarité, au chômage, je me voyais remettre cette médaille en chocolat , pardon, du travail, par le Député-Maire d'Octeville ( Cherbourg ) Bernard Cazeneuve en personne.

    C'est dire la logique de cette attribution !

    Vous croyez qu'il y a matière à méditer ?

    Gaulois.

    Article des deux principaux médias à la botte

    Légion d’honneur : Marion Cotillard et Raymond Depardon parmi les décorés du 14 juillet

    Le Monde.fr avec AFP 14-07-16

     http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/07/14/legion-d-honneur-marion-cotillard-et-raymond-depardon-parmi-les-decores-du-14-juillet_4969266_3224.html



    Les acteurs Marion Cotillard et Pierre Richard, le moine bouddhiste Matthieu Ricard, l’ancienne syndicaliste Nicole Notat ou les photographes Raymond Depardon et Sebastiao Salgado font partie de la promotion du 14 juillet de l’Ordre national de la Légion d’honneur.

    Dans cette promotion de 654 personnes, publiée jeudi au Journal officiel, figurent deux grand-croix, la plus haute distinction de l’Ordre : Gilbert Guillaume, ancien président de la Cour internationale de justice, et Pierre Truche, premier président honoraire de la Cour de cassation. Olivier Schrameck, qui préside le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) et fut directeur de cabinet du premier ministre Lionel Jospin, est promu commandeur.

    Plusieurs personnalités de la culture et de la communication sont décorées : le journaliste Alain Duhamel est élevé à la dignité de grand officier, l’exploitant et distributeur decinéma Marin Karmitz est promu commandeur, le délégué général du festival de Cannes, Thierry Frémaux, est promu au rang d’officier, ainsi que les acteurs et actrices Pierre Richard, Niels Arestrup et Ariane Ascaride et l’ancien PDG de TF1 Nonce Paolini.

    Le cinéaste Xavier Beauvois et les photographes Raymond Depardon (auteur du portrait officiel de François Hollande) et Sebastiao Salgado sont nommés chevaliers. Les historiens Annette Wieviorka et Jacques Julliard sont tous deux promus commandeurs.


    Lire aussi :   
    La Légion d'honneur en 5 questions



    Hommes d’affaires, hommes politiques et sportifs

    Dans le monde économique, l’Ordre a notamment promu commandeurs, Antoine Gallimard, PDG des éditions du même nom, et Pierre Mongin, directeur général de Engie (ancien patron de la RATP et ancien directeur de cabinet de Dominique de Villepin à Matignon). Frédéric Gervoson, PDG de Andros est, lui, promu officier.

    Laurent Castaing, directeur général de STX France (chantiers navals de Saint-Nazaire) est nommé chevalier, de même que Nicole Notat, l’ancienne patronne de la CFDT (1992-2002), aujourd’hui à la tête de Vigeo, société d’audit-conseil en responsabilité sociale. Parmi les personnalités politiques, sont notamment distingués les anciens ministres, Anicet Le Pors (commandeur), Claude Evin (officier) et François Loos (chevalier). Le politologue Pascal Perrineau est nommé chevalier. Chez les sportifs, Hacine Cherifi, ancien champion du monde de boxe, est lui aussi nommé chevalier.

    Dans cette promotion figurent également le moine bouddhiste Matthieu Ricard, proche du dalaï-lama (chevalier), le criminologue Alain Bauer (commandeur) ainsi que six compagnons de la Libération, parmi lesquels Alain Gayet (grand officier), grand-père de l’actrice Julie Gayet.




     


    votre commentaire
  • Aux armes citoyens

     Ou comment faire passer ce chant de guerre

    Revoilà la Marseillaise sur le devant de la scène. Maintenant, c'est le concours de la meilleur interprétation !

    Un moyen par excellence de formater les foules, plus particulièrement les jeunes plus fragiles en terme de philosophie et politique. C'est d'autant plus regrettable en période du 14 juillet que s'est approprié le pouvoir.

    Christiane Taubira refusait en 2014 d'entonner ce chant obscène. Probablement plus soucieuse de démocratie que du nationalisme galopant. Que cette femme, si souvent victime de racisme et autres bavures se rassure, elle n'est heureusement pas la seule à bannir un hymne barbare.

    Gaulois.   

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Lutte contre la radicalisation à l'école

    Ou la formidable opportunité pour formater la jeunesse

     

    Déjà L'ancien président Sarkozy souhaitait ficher les gamins dès 3 ans et déceler ceux qui, selon lui seraient plus tard des éléments à problèmes.

    Toutes étiquettes politiques confondues, l'exécutif du moment a toujours cherché à soumettre les populations. En fait, c'est ça la gouvernance ou si vous préférez, le terrorisme d'état.

    Au lieu de chercher les véritables causes du terrorisme, le gouvernement actuel, un trio qui s'apparente davantage à un certain contexte d'un passé pas si éloigné, cherche à déceler et museler des éléments de révolte pourtant légitime.

    La méthode risque bien d'avoir l'effet contraire et faute de fabriquer des terroristes, nous allons voir monter des mouvements de contestation.

    Pour nous en convaincre, il suffit d'observer dans les manifestations la passivité policière face aux casseurs, parfois commandités par ce même pouvoir. Vous pensez que ça n'a rien à voir ? Pas si sûr !

    Tout est permis à nos dirigeants pour asseoir leur pouvoir.

    Gaulois.

     


    votre commentaire
  • La France dictature

    Ou la COP 21 du non droit.

    L'occasion parfaite de museler les populations, vu le contexte de l'après attentats, dont il ne fait aucun doute que les dirigeants ont une part de responsabilité. Pas besoin de sortir de Science Po pour en appréhender les contours.
    Du pain bénit pour renforcer le pouvoir des dirigeants qui invitent à tour de bras les puissants capitalistes. Bill gates et les multinationales.
    La violence policière, bras armé de la répression est l'expression parfaite de la composition d'une société à la dérive : Les loups, les bergers et les moutons.  

    Gaulois.

    Bill Gates

     http://www.notre-planete.info/actualites/4384-COP21-manifestations-climat-France

    http://www.politis.fr/La-societe-civile-violemment,33289.html





    votre commentaire
  • La France dictature - Suite

    Si seulement la population mouton se réveillait, avant qu'il ne soit trop tard !

    Etat de non droit pire que Sarkozy ? Celui-là ne va pas manquer de saisir la balle au bond !

    La France, c'est l'histoire peu glorieuse d'une nation qui s'enlise dans la dictature.

    Gaulois.

    « Pas question d’avocat, ici, c’est moi qui commande. »

    Témoignages de gardes à vue en état d’urgence
    3 décembre 2015 / Deux manifestants placés dimanche en garde à vue

    http://www.reporterre.net/Pas-question-d-avocat-ici-c-est-moi-qui-commande-Temoignages-de-gardes-a-vue-en

    Reporterre publie deux témoignages de manifestants arrêtés dimanche après-midi, place de la République, à Paris, et placés en garde à vue.
    Dimanche 29 novembre, la police a parqué et violenté des manifestants pacifiques place de la République. Plus de trois cents ont été emmenés en garde à vue. Emmanuel et Camille étaient de ceux-là. Ils racontent ce qu’ils ont vécu.

     La nuit est tombée et cela fait environ deux heures que nous sommes encerclés avec environ 200 personnes dans un coin de la place de la République par un impressionnant cordon policier. Ceux-ci restent statiques pendant de longues minutes puis, suivant une logique qui m’échappe encore, s’avancent en petits groupes vers la foule pour en extraire une poignée de manifestants, a priori repérés à l’avance, qui seront ensuite emmenés vers les camions malgré quelques timides tentatives des autres manifestants pour les retenir.
    Malgré la pression policière, l’urine qui recouvre le sol, le froid, l’absence d’accès à l’eau ou à la nourriture, la foule reste paisible et joyeuse. Des chants militants, une enceinte et un grimpeur qui va accrocher un drapeau multicolore au sommet d’un arbre assurent l’animation. Mais vers 18 h, de nouveaux bus de police arrivent et les policiers se placent de telle sorte qu’on comprend qu’ils vont passer à l’offensive. Alors que nous réclamons depuis deux heures de sortir de la place sans heurt ni arrestation, ils viennent attraper des manifestants à un rythme plus élevé qu’avant et, cette fois-ci, au hasard.
    Une volée de coups de pieds et de matraques
    Notre groupe fond. Pour protester contre ces arrestations, nous nous regroupons et nous tenons les bras en chantant : « On sort tous libres, ou on sort pas ! » Sourds à nos cris, les policiers continuent d’embarquer les manifestants sans qu’il y ait trop de protestations. Quand vient mon tour et que plusieurs CRS m’arrachent de ce filet de solidarité bien fragile, je me laisse tomber par terre pour leur compliquer la tâche tout en levant mes bras en l’air en signe de non-agression. D’emblée, malgré les protestations de la foule, une volée de coups de pieds et de matraques s’abat sur mes jambes et mes côtes, suffisamment bien placés pour faire mal sans laisser de traces. Ma non-coopération pacifique énerve les flics qui, en me traînant hors de portée des caméras, me menacent « tu vas dérouiller », « tu vas regretter », « tu vas comprendre ta douleur ». Ils finissent par me plaquer dos au sol, à l’abri des caméras. Un policier se place au dessus de moi et me décoche un coup de poing dans la mâchoire alors que je ne montre aucun signe d’agressivité. Pendant qu’ils me fouillent, les menaces et les petits coups continuent. Juste avant de me faire entrer dans le bus, ils me font un croc-en-jambe et je me retrouve face contre terre.
    Une fois plein, notre bus se dirige vers Bobigny, où nous sommes parqués entre des barrières, pendant quatre heures, sur un parking venteux. Normalement, notre garde à vue aurait dû nous être notifiée. D’après ce que j’ai compris de la loi, après quatre heures de contrôle d’identité, nous devons être relâchés, ou un OPJ [officier de police judiciaire] doit nous notifier notre mise en garde à vue et lire nos droits. Or, ce délai est largement dépassé et nous ne savons toujours pas ce qu’ils comptent faire de nous. Les manifestants, qui pour la plupart n’ont rien de militants professionnels et encore moins d’activistes violents, gardent le moral. Au compte goutte, les personnes pénètrent le bâtiment et on les voit ressortir, environ 30 minutes plus tard, menottées, et amenées vers un camion. Une fois ceux-ci pleins, ils partent vers une destination inconnue.
    À situation exceptionnelle, moyens exceptionnels
    Vers 11 h du soir, la procédure s’accélère, les personnes ne restent pas plus de quelques minutes dans la salle. Quand vient mon tour, l’OPJ me signifie mon placement en garde à vue depuis 15 h 45 pour participation sans armes à un attroupement après sommation de se disperser. Je lui demande pourquoi personne ne m’en a informé avant. Elle me rétorque sur le ton de l’évidence qu’à situation exceptionnelle, moyens exceptionnels. Selon elle, un magistrat nous aurait collectivement placés en garde à vue à partir du moment où le cordon s’est refermé sur nous. Je lui indique plusieurs noms d’avocats volontaires pour assister les manifestants mais sans être en mesure de donner leurs numéros. Les autres interpellés ont déjà donné des dizaines de fois ces numéros à ses collègues et sûrement à elle-même, mais elle refuse de les inscrire si je ne suis pas capable de lui fournir le numéro moi-même. Elle coupe court à tout dialogue : « Ce sera un commis d’office ou rien. »
    Par défaut, je choisis ces avocats. Nous sommes répartis en petits groupes et amenés, certains menottés d’autres non, dans différents commissariats parisiens. Nous faisons une partie du trajet en bus, puis le reste avec un véhicule banalisé qui roule à plus de 100 km/h en agglomération, gyrophare allumé, alors qu’aucune urgence ne semble imposer ce type de conduite. Une fois arrivés, on nous menotte à un banc en attendant notre fouille. Trente minutes plus tard, nous sommes en cellule, un cagibi de quelques mètres carrés composé d’un banc en pierre, et de toilettes à la turque dégageant une puissante odeur d’excréments. Aux murs, des tags qui semblent avoir été réalisés avec des matières fécales donnent la nausée. Le froid, le stress, l’humidité, les odeurs, les allers-retours et la dureté du banc en pierre m’empêchent de fermer l’œil de la nuit.
    « J’aime pas ta gueule et ton air »
    Au petit matin, un policier en civil particulièrement désagréable et hautain vient nous demander si on nous a pas pris nos empreintes. « Si vous refusez, c’est 15.000 euros d’amende et un an ferme », dit-il pour nous mettre la pression. Au moment de prendre les miennes, il me glisse : « J’aime pas ta gueule et ton air. Je préfère encore les petits branleurs de cité. » Mon codétenu demande à voir son avocat avant de décider d’accepter le relevé d’empreintes. « Pas question d’avocat ici, c’est moi qui commande. » Il se fera donc ficher sans avoir pu le consulter. Rapidement, des petits délinquants rejoignent la cellule. On se retrouve bien serrés sur notre petit banc. Quelques heures plus tard, on me sort de cette cage de béton, de métal et de plastique pour voir le médecin. Quand je lui parle des coups reçus au corps et au visage, il m’écoute distraitement en me tenant la main pour prendre mon pouls. Sans même regarder mon corps, il me dit qu’on verra ça plus tard. Je ne le reverrai pas.
    Je vois l’avocat en fin de matinée, 16 heures environ après le début officiel de ma garde à vue. Contrairement aux flics qui traînaient dans les sous sols puants, ceux qui réalisent mon audition sont presque aimables et se plaignent de ce coup de filet massif et « stupide ». Une fois l’audition terminée, je retourne dans ma cellule pour déguster un plat de pâtes et suis libéré vers 15 h, comme la plupart des manifestants parfaitement inoffensifs arrêtés la veille. Je repars dégoûté par ces abus de pouvoir ordinaires et ce sentiment de toute puissance de la police, cette garde à vue absurde et ces violences verbales et physiques banalisées mais je reste déterminé à lutter contre cette mascarade qu’est la COP 21.
    Emmanuel

    Le commissariat rue de l’Evangile, à Paris, l’un de ceux de région parisienne où ont été répartis les gardés à vue
     Dans le bus, on était persuadés qu’on ressortirait vite. On rigolait, on chantait, c’était la colo. On a attendu longtemps, chauffage à fond et vitres fermées, de sortir et on s’imaginait que c’était la faute à un comité de soutien. Les filles sont sorties les premières, on est descendu par l’entrée parking, on nous a fouillées et fait enlever nos soutifs. La GAV [garde à vue], c’est sexiste, nous autres on sera beaucoup mieux traitées. Dans le couloir on m’a finalement notifiée ma garde à vue, il était 19 h 20. Je crois que j’ai souri devant tant d’absurdité. Nous étions devant une grande cellule où étaient disposées des tables et des OPJ [Officier de policier judiciaire]. La mienne, qui se désolait de ne pas avoir assez de feuilles et mal au bras, m’a paru sympa au début. Elle m’a affirmé, en rigolant comme si j’étais naïve, que c’était elle qui allait joindre ma mère et que je n’aurais pas le droit de lui parler. Elle ne lui communiquera pas le nom du commissariat. J’ai demandé un médecin et un avocat et on m’a envoyée en cellule. Je suis passée devant les cellules des mecs. Dans la première, on ne pouvait plus s’asseoir, la seconde était en remplissage.
    Mes camarades m’ont applaudie en rentrant. On était une vingtaine, toutes belles, entre 20 et 30 ans, les cheveux propres. On a commencé a chanter, à se demander quel jeu on pourrait faire. On discutait avec « les garçons » et certains flics complètement mal à l’aise. L’ensemble des cellules a communié au son de Cayenne, d’Hexagone et de la chanson de la ZAD du Testet. On s’étonnait de trouver nos visages familiers, d’avoir les mêmes références. J’ai voulu aller aux toilettes, la policière m’a tenu la porte. J’étais gênée, mais elle m’a conseillé de prendre mon temps parce qu’après le transfert, ce serait pire.
    « Le viol de la CEDH, c’est maintenant ! »
    De fait, il y aura deux temps. Celui du centre souterrain spécial COP où nous n’avions ni bouffe, ni couverture, ni médecin mais où ça chantait et où on dormait serrées les unes contre les autres pour se réchauffer et celui après le transfert. Nous n’avons pas eu droit à un GAV normale, à peine ai-je eu un aperçu, vers 5 h, quand on a refusé de nous donner de l’eau tant qu’on se « roulerait pas comme des chiens ». Ils [les policiers] ont été sympas avec nous, emmerdés qu’ils étaient qu’on leur prenne autant de place et de temps.
    Lorsque j’ai vu mon avocat commis, il m’a clairement dit que dans le contexte de l’état d’urgence, je n’avais que mon gentil minois pour m’en tirer parce qu’ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient. On en parlait au policier : « Le viol de la CEDH [Cour européenne des droits de l’homme], c’est maintenant ! » L’OPJ m’a auditionnée la dernière et je pense que je l’ai autant écoutée. Elle était désabusée de tout, essayait de me faire comprendre qu’ils n’étaient pas tous méchants, qu’ils avaient des ordres. L’OPJ d’une camarade lui a sorti : « On pensait que Sarkozy était le pire, mais là... » C’était pas un commissariat syndiqué Alliance [syndicat policier classé à droite], mais il y a des témoignages d’autres commissariats qui vont dans le même sens. La politique du chiffre pour les flics aussi, c’est épuisant. À part sur mon « CV militant », cette affaire ne devrait pas avoir de conséquences, selon les officiers. C’était fatiguant, on a attendu plus de 13 h avant de manger, trop de camarades n’ont pas eu de couvertures, des vices de procédures ont rythmé ces 24 heures, mais je ne suis pas traumatisée, au contraire. Maintenant que je sais ce que c’est, je peux entrer plus avant en désobéissance.
    Camille

    Lire aussi : 350 interpellations arbitraires place de la République : salariés, étudiants, designers, clowns...

    Plus loin : 

    http://www.politis.fr/ 

      
    L’Inspecteur d’Académie du Loiret fiche les parents d’élèves et les enseignants

    Si de telles pratiques sont avérées, c'est la confirmation du retour de Vichy !!

    Gaulois.


    Mercredi 2 Décembre 2015
    https://www.lepartidegauche.fr/actualite/l-inspecteur-d-academie-loiret-fiche-les-parents-d-eleves-les-enseignants-33904

    Paul Vannier, secrétaire national à l'éducation du Parti de Gauche
    Au prétexte de détecter les "atteintes aux valeurs de la République / phénomènes de radicalisation", les services départementaux de l’Education nationale du Loiret demandent aux chefs d’établissements de signaler tout parent "portant des tenues manifestant ostensiblement une appartenance religieuse". Le même document appelle également au fichage des enseignants pour "grèves, blocages, manifestations".
    Ces dérives ne sont pas les premières. En janvier, la ministre de l’éducation nationale, demandait, aux chefs d’établissements de détecter les "signes précurseurs de repli et de radicalisation" chez les élèves. En septembre dernier, dans l’Académie de Toulouse, un Inspecteur d’Académie demandait d’identifier les enseignants opposés à la réforme du collège.
    Le Parti de Gauche dénonce la propagation, par les services de l’éducation nationale, d’amalgames insupportables, l’instrumentalisation stigmatisante de la laïcité et la mise en place de dispositif de fichage et demande la démission de l’Inspecteur d’Académie du Loiret. Il s’inquiète, alors que le gouvernement multiplie les mesures d’exceptions, de voir se multiplier les pratiques de surveillance des usagers et des personnels du service public d’éducation.
    - See more at: https://www.lepartidegauche.fr/actualite/l-inspecteur-d-academie-loiret-fiche-les-parents-d-eleves-les-enseignants-33904#sthash.ALX3Rt1S.dpuf


    votre commentaire
  • La France Dictature ???

    Ou le terrorisme n'est pas toujours où l'on croit !

     

     

     

     

     

     

    Il ne faut rien attendre d'un pays qui, faute d'éradiquer le terrorisme  y contribue. Seulement voilà, tout est permis sous le terrorisme d'état.  

    Gaulois.

    La police a parqué et brutalisé des manifestants non-violents à Paris

    30 novembre 2015 / Barnabé Binctin (Reporterre)

     http://www.reporterre.net/La-police-a-parque-et-brutalise-des-manifestants-non-violents-a-Paris

     

     

     

    Des incidents ont éclaté dimanche 29 novembre à l’issue de la chaine humaine pour le climat. Mais les « hommes en noir » qui les ont suscités ont rapidement disparu. Et la police a ensuite parqué et brutalisé des centaines de citoyens non-violents qui occupaient la place de la République. Reporterre était là et a filmé.
    Dimanche, entre 13 h et 14 h : alors que la chaîne humaine qui a joint les places de la République et de la Nation se dissout, la tension monte place de la République. Vers 14h30, quelques dizaines de personnes cagoulées et tout de noir vêtues – pour éviter les polémiques autant que les risques d’instrumentalisation, Reporterre a décidé de ne pas catégoriser cette frange d’activistes violents – se confrontent avec la police.
    Ils échangent des projectiles avec les CRS, se servant au passage allègrement auprès du mémorial au pied de la statue de la République, les bougies devenant ainsi des munitions.

    Assez rapidement pourtant, les fumées des gaz lacrymogènes et les grenades assourdissantes ont mis fin aux échauffourées. Aucune vitrine cassée n’est d’ailleurs à déplorer. Les manifestants cagoulés disparaissent sans qu’apparemment aucune interpellation n’ait lieu.
    La place est occupée par des centaines de personnes. Il est environ 15h30 quand le cordon policier s’organise concrètement, dans l’angle nord-ouest de la place rectangulaire de la République, à Paris. Un peu plus loin, l’entrée du boulevard Magenta est entièrement bloquée par plusieurs véhicules policiers. En quelques minutes, toutes les issues se sont refermées. C’est une prison à ciel ouvert qui attend désormais, pour plusieurs heures, ces centaines de manifestants qui chantaient et dansaient alors pour le climat.

    De l’autre côté de la rangée de CRS, d’autres sont encore libres de leur mouvement, dans un périmètre pourtant très largement encadré par les forces de l’ordre. Séparés d’une cinquantaine de mètres par le cordon policier, la solidarité s’établit par chants interposés. « Libérez nos camarades » entonne-t-on du côté libre. Puis les captifs entament un « C’est à babord, qu’on gueule le plus fort » auquel le « tribord » répond immédiatement, en chœur.
    L’ambiance est encore bon enfant. Des clowns et des fleurs tentent de faire résonner un autre message face aux boucliers policiers. Des jeunes et des moins jeunes s’asseoient alors en rang, du côté libre. Quelques instants plus tard, leur pacifisme ne récolte que les coups de matraque et les gaz lacrymogènes. Reporterre a pu filmer l’une de ces exactions policières.
    Voir la vidéo :  https://youtu.be/Sn2IjhYlEgs

    Dispersée, la foule se replie et découvre un peu plus loin un autre groupe de manifestants encerclés par les camions et les policiers. Au niveau de la rue du faubourg du Temple, une centaine de personne est ainsi parquée par les CRS. Pendant plus d’une heure, ils vont être exfiltrés un à un – pas toujours avec douceur, bien entendu – avant d’être embarqués dans de grands bus aux vitres à moitié blanchies. Hagards, sans aucun autre moyen de révolte que la sidération, les spectateurs « libres » assistent à ces interpellations inexpliquées.

    Le bus policier pour les interpellations.

    Tandis que quelques caméras de télévisions étrangères filment la scène, on découvre les profils variés des dangereux suspects : des personnes à l’âge aussi avancé que les cheveux ne sont blancs, des groupes d’amis séparés violemment, des jeunes qu’on devine à peine étudiants… Pourquoi eux ? Un activiste roumain venu travailler dans le cadre des négociations partage son émotion : « Ce sont des abus très graves, il n’y a même pas eu de sommation. D’autant plus que ce ne sont visiblement que des militants climatiques ! ».
    Il n’y avait dans les zones de parcage policier aucun des « hommes en noir » qui ont suscité les incidents au début d’après-midi. Peu importe, ils ont servi sur un plateau cette logique de répression non moins violente. « C’était malheureusement à prévoir, dit un organisateur de la Coalition Climat 21, qui avait justement déconseillé de manifester pour cette même raison. Il suffisait du moindre débordement, incontrôlable, pour justifier toute une ligne de sécurité et de répression ».

    "Nous ne sommes pas venus pour les COPs (’flics’, en anglais), nous sommes venus pour la COP. Devons-nous les ignorer ?

    Pendant plusieurs heures, trois à quatre cents manifestants ont donc été séquestrés, dans des conditions difficiles selon les différents témoignages que Reporterre a pu recueillir. « Certains ont été blessés par des grenades désencerclantes, et n’ont pas pu recevoir de soins malgré leurs plaies ouvertes. Pendant quatre heures, nous avons dû rester immobiles, dans le froid et la nuit, sans eau ni toilettes, pendant que les policiers se comportaient avec violence », dit le journaliste Gaspard Glanz, qui a filmé de nombreuses scènes de l’après-midi.
    Jointe par téléphone alors même qu’elle était bloquée dans le même périmètre, Léa Vasa, conseillère municipale du 10e arrondissement de Paris, insiste sur le sang-froid des otages : « C’est très calme et pacifiste, on joue un peu de musique en attendant de voir qui est le prochain à se faire embarquer. Cela semble totalement arbitraire ». D’autres responsables politiques, comme Olivier Besancenot, porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste, se sont eux aussi retrouvés prisonniers, ainsi que plusieurs journalistes, français et étrangers.
    Hier soir à 21h, la préfecture de police indiquait à Reporterre les derniers chiffres : 289 interpellations et 174 garde-à-vue. Un bilan qui se voulait « provisoire », avant la nuit. La liste des militants écologistes visés par la police pourrait bien encore s’allonger.

    Lire aussi : 

    La police traite les militants du climat comme des terroristes


    votre commentaire
  • Citoyens indics

    Ou les milices populaires d'un autre temps !

    Il ne leur manque plus que la tenue noire, le béret noir vissé sur la tête et la mitraillette. Les anciens s'en souviennent !

    Bientôt, vous ne pourrez plus faire un pet de travers sans que vos voisins " bien intentionnés " vous dénoncent.  Nous pouvons nous attendre à des abus et dérives. 

    Il en est fini de la vie privée. Mais il semble que ça convient aux français moutons.

    Cela me fait penser à la moulinette dans le clip des Pink Floyds :

    https://www.youtube.com/watch?v=YR5ApYxkU-U

    C'est exagéré ? Si peu finalement.

    Gaulois.

     

     


    votre commentaire
  • La politique du renoncement

    L'un des grands paradoxes de la France, pays des droits de l'homme, c'est l'impunité policière. Faut-il s'en étonner ? Un état policier qui se transforme en donneur de leçons et prompt à dénoncer des dictatures pas toujours avérées.
    La France c'est « Faites ce que je dis, mais ne dites surtout pas ce que je fais ! »
    Et bien si justement. De plus en plus de voix s'élèvent contre le laxisme et, même si ce n'est pas dit comme ça ; le terrorisme d'état.
    Les bavures policières sont de plus en plus nombreuses, conduisant souvent à la mort. Les plus septiques et optimistes diront qu'il y a toujours eu des bavures venant de ceux qui se prennent pour la loi, alors qu'ils n'en sont que les représentants. C'est sûrement vrai, mais les moyens de communications aidant, la plupart de ces bavures sont dénoncées au grand jour. Cependant, ne comptez pas sur les médias classiques, à la botte des gouvernants et multinationales de la désinformation pour dénoncer ces états de faits. Les informations, il faut les chercher car elles existent et surtout les faire circuler, comme cet appel. 
    L'exemple des États-Unis est, volontairement ou non, pris en exemple. C'est-à-dire que la France a la fâcheuse tendance à copier le modèle, le rêve américain, qu'il soit bon ou mauvais. Il n'est pas nécessaire de sortir des grandes écoles pour différencier les bons et mauvais exemples.
    Gaulois.  

    Face à l’impunité policière en France
    par Trente signataires
    5 décembre 2014

    http://lmsi.net/La-politique-du-renoncement

    Après l’agitation médiatique et politique sur l’impunité policière outre-Atlantique, des élus, des universitaires et des acteurs associatifs rappellent qu’on « recense en moyenne un mort par mois des suites d’un contrôle d’identité ou d’une interpellation policière » en France. « Aujourd’hui plus qu’hier, nous nous demandons si ceux qui ont partagé notre colère et notre détermination deviennent sourds, muets et immobiles lorsqu’ils atteignent les plus hauts sommets du pouvoir. »

    L’impunité policière aux Etats-Unis a ému. Elle a ému la France entière, ses représentants politiques, ses médias. Tous ont dénoncé des « crimes racistes » scandaleux, à l’image de la fracture raciale du pays ; tous ont condamné cette « justice à deux vitesses », signe d’un pays qui va mal et dont la société est la triste et passive héritière de l’ère esclavagiste, puis ségrégationniste.
    Nous aurions aimé nous prévaloir de la couverture médiatique pour une fois explicite sur le sujet, pouvoir être fiers de nos représentants de tant s’indigner. De tant avoir à dire. Nous aurions aimé pouvoir nous indigner avec eux, et faire corps face à une injustice si flagrante, si violente, si destructrice.
    Seulement voilà, l’agitation médiatique et politique sur l’impunité policière outre-Atlantique n’a d’égal que le silence entourant l’impunité policière en France. On l’oublierait presque ces temps-ci, tant la mort d’un jeune botaniste blanc et engagé a créé des remous, mais il est rare, très rare, que les décès liés à des interventions policières génèrent de l’intérêt médiatique, politique et/ou judiciaire. Ce sont des morts silencieuses, des morts muselées sous peine de donner à voir les penchants racistes de nos institutions pour lesquelles le non-blanc est toujours présumé coupable... parfois même de sa propre mort.
    Rien d’étonnant donc à ce que nos concitoyens ignorent que, depuis des décennies, on recense en moyenne un mort par mois des suites d’un contrôle d’identité ou d’une interpellation policière. Année particulièrement meurtrière, depuis le mois d’août 2014, ils sont déjà 9 à avoir péri sous les coups de poings, de balles ou de Taser des forces de l’ordre.
    Et cette réalité-là fait mal.
    Elle fait mal aux victimes de violences policières et à leurs familles, à toutes celles et ceux qui ont perdu des proches et qui entendent le ministre de l’Intérieur rabâcher que les policiers et les gendarmes sont « de grands républicains », qu’ils sont exemplaires.
    Elle fait mal aux membres de la société civile, acteurs associatifs et chercheurs, qui ont espéré le changement promis et qui ont voulu, en célébrant notamment l’arrivée d’une grande militante au ministère de la Justice, croire qu’il y aurait, au moins sur ces questions, un travail de fond, une avancée.
    Elle fait mal aux Français qui se demandent si leur vie, à eux, vaut une vie américaine.
    A la veille de l’anniversaire de la mort de Malik Oussékine, tabassé par des policiers alors qu’il rentrait d’un club de jazz le 6 décembre 1986, le constat est amer. Aujourd’hui comme hier, en France comme aux Etats-Unis, la police tue, en toute impunité, des noirs, des Arabes, des Rroms, des jeunes et moins jeunes, militants comme simple passants, habitants de quartiers populaires, dans l’hexagone comme dans les DOM-TOM. Aujourd’hui comme hier, ici comme là-bas, nous sommes en colère, nous sommes en deuil.
    Mais aujourd’hui plus qu’hier, nous nous demandons si ceux qui ont partagé nos larmes et notre douleur, notre colère et notre détermination, deviennent sourds, muets et immobiles lorsqu’ils atteignent les plus hauts sommets du pouvoir ; si ceux qui appelaient au combat pour empêcher la France de ruser avec ses valeurs se mettent eux-mêmes à ruser ; si ceux dont le courage politique ne recule face à aucune résistance considèrent que nos morts, nos blessés et nos mutilés ne méritent pas même l’esquisse d’un combat... Qui espèrent-ils trouver, demain, lorsqu’ils appelleront à s’unir pour combattre un ennemi commun ?
    Nous avons soumis nos réflexions et notre expertise, produit de nos recherches comme de nos expériences de terrain. Nous avons fait maintes propositions de rencontres, de réajustements, de réformes. Nous avons laissé passer du temps, beaucoup de temps. Et nous vous avons vu abandonner promesse après promesse, résolution après résolution.
    L’heure du bilan arrivé, il faudra que chacun assume la responsabilité de ses choix et de ses renoncements ; que chacun assume la responsabilité de cette indifférence qui nous a heurtés et qu’aucun d’entre nous ne saurait oublier.
    P.-S.
    Cet appel est paru, ce vendredi 5 décembre, sur le site Mediapart.
    Signataires
    Sihame Assbague, consultante, collectif Stop le contrôle au faciès
    Amal Bentounsi, co-auteure de Permis de tuer (Editions Syllepse, 2014), fondatrice du collectif Urgence notre police assassine
    Youssef Bouzidi, collectifs Aclefeu & Stop le contrôle au faciès
    Medy Bigaderne, adjoint au maire de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis)
    Sarah Carmona, historienne, chercheur, association Regards de Femmes Tsiganes
    Rachid Chatri, La Balle au Centre & collectif Stop le contrôle au faciès
    Pierre Chopinaud et Saimir Mile, association La Voix des Rroms
    Kamel Djellal, Collectif Citoyens & Stop le contrôle au faciès
    Rokhaya Diallo, journaliste, activiste
    François Durpaire, historien, écrivain
    Farid El Yamni, co-auteur de Permis de tuer, collectif Vérité et Justice pour Wissam
    Éric Fassin, enseignant-chercheur, sociologue
    Nacira Guénif, professeure, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
    Abdellali Hajjat, sociologue, Université Paris Ouest Nanterre
    Amadou Ka, Les Indivisibles & collectif Stop le contrôle au faciès
    Nadir Kahia, Banlieue + & collectif Stop le contrôle au faciès
    Hanane Karimi, sociologue spécialisée en éthique
    Thomas Kirszbaum, chercheur associé à l’ISP/ENS Cachan
    Nassim Lachelache, adjoint au maire de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne)
    Franco Lollia, collectifs Brigade anti-négrophobie & Stop le contrôle au faciès
    Ahcen Meharga, conseiller municipal de Gennevilliers (Hauts-de-Seine)
    Pap Ndiaye, historien, spécialiste de l’Amérique du Nord et de la condition noire
    Elsa Ray, Collectif contre l’islamophobie en France & Stop le contrôle au faciès
    Maboula Soumahoro, civilisationniste, maître de conférence
    Sihem Souid, auteure de Omerta dans la Police (Ed. Le Cherche Midi, 2010)
    Pierre Tevanian, professeur de philosophie, collectif Les mots sont importants
    Louis-Georges Tin, porte-parole du Conseil représentatif des associations noires (Cran)
    Sylvie Tissot, sociologue, collectif Les mots sont importants
    Françoise Vergès, politologue, chercheur
    Youssouf, collectifs Ferguson in Paris & Stop le contrôle au faciès



    votre commentaire
  • Permis de tuer et répression se banalisent

    Ce sont des intellectuels qui dénoncent. Quelles que soient vos convictions, c'est à lire.

    Gaulois

    De Ferguson à Toulouse : quand le permis de tuer et la répression se banalisent

    Le Monde.fr | 02.12.2014

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/12/02/de-ferguson-a-toulouse-quand-le-permis-de-tuer-et-la-repression-se-banalisent_4532849_3232.html

    Alors qu’un jeune garçon, noir, de 12 ans vient d’être abattu par la police de Cleveland, Darren Wilson, le policier qui a tué l’adolescent Michael Brown, déclenchant la première révolte de Ferguson en août dernier, a vu il y a peu les charges portées contre lui abandonnées par le grand jury. « J’ai fait mon travail dans les règles », « J’ai la conscience tranquille » a ainsi pu déclarer Wilson.
    Au sortir de ce verdict, des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour condamner son caractère ouvertement raciste. La répression policière et militaire lancée contre les manifestations témoigne de l’effondrement des illusions de la « démocratie post-raciale ».
    Mais la France n’est pas l’Amérique, la profondeur historique de son sens de la démocratie, dit-on, est sans égale : tout cela est certes fort regrettable, mais bien loin de nous. Et pourtant, après l’assassinat du jeune étudiant écologiste Rémi Fraisse le 25 octobre à Sivens dans le Tarn, le gouvernement français et tous ses relais n’ont cessé d’accumuler les déclarations pour se dédouaner de toute responsabilité dans sa mort.
    La classe politique a bien tiqué un peu, mais sans non plus en faire un casus belli. Qui donc, aujourd’hui, a réagi aux déclarations larmoyantes de l’avocat de celui qui a lancé la grenade assassine, selon lesquelles dans cette affaire le gendarme « est dans le même état d’esprit qu’un conducteur qui s’est parfaitement conformé au Code de la route, mais dont le véhicule a heurté mortellement un autre usager qui n’aurait pas respecté une interdiction. Ce qui s’est passé est un accident. Il n’est ni coupable ni responsable, mais il était présent, et c’est sa grenade qui a tué Rémi Fraisse. Il apprend à vivre avec ce drame malgré la pression émotionnelle importante. ».
     
    Pauvre appareil répressif
    Les rhétoriques varient, mais le fond est le même : le coupable, c’est la victime. Cette psychologisation n’est que le complément, de la tête du gouvernement à ses préfets et ses magistrats, de la dénégation du fait même des violences policières, respect de « l’ordre républicain » et de « l’Etat de droit » en renfort. Pauvre appareil répressif : va-t-on sérieusement s’arrêter à cela ?
    Qu’est donc cette prétendue démocratie à la française qui absout la répression ? Et surtout, qui aujourd’hui ose se lever et défier cette banalisation de fait du permis de tuer ceux qui se révoltent, qui contestent ? Qui pour dénoncer la banalisation de l’interdiction de manifester sa colère, comme à Toulouse, où depuis le meurtre de Sivens quatre manifestations contre les violences policières ont été interdites en novembre, trois d’entre elles violemment atomisées, avec une ribambelle d’interpellations arbitraires puis de condamnations ? Certaines sont même susceptibles d’aller jusqu’à la prison ferme, des peines qui pourraient tomber à la lecture des jugements à Toulouse ce jeudi 4 décembre. Un rassemblement de soutien est d’ailleurs prévu à cette occasion devant le Palais de Justice de Toulouse.
    De leur côté, les étudiants mobilisés de l’université du Mirailn’ont pas encore pris le contrôle de leur université, mais leur révolte est profonde et profondément politique. Ils ont compris que la survie exige de défier l’arbitraire sanglant, surtout s’il se pare des atours de la démocratie. Pour l’instant ils se sentent seuls. Même s’ils commencent à occuper leur université et reprennent régulièrement la rue. Faut-il attendre, comme dans le poème de Niemöller souvent attribué à Brecht, que tous se fassent prendre et que l’on néglige de se sentir concerné, et de s’étonner qu’au bout du compte on y passe aussi ?
     
    La lumière dans un océan de défaitisme
    A-t-on besoin d’un nouveau Charonne 1962, d’un Ferguson à la française, pour rappeler que lorsqu’un pouvoir prend goût à interdire les manifestations, à justifier l’injustifiable, et à se lancer dans des procès politiques, on touche du doigt cet « Etat d’exception » où tout devient permis ? Avons-nous oublié qu’en 2005, deux jeunes adolescents, innocents mais poursuivis par la police, avaient trouvé la mort électrocutés, point de départ de la grande révolte des banlieues que la gauche dans son ensemble s’était bien gardée de regarder de trop près ?
    En 1964, Herbert Marcuse, symbole de l’intellectuel américain tentant de penser à la hauteur de son temps, écrivait dans L’homme unidimensionnel – dont le cinquantenaire est tristement négligé par chez nous – que l’un des espoirs de révolution qui résistait, à côté d’un mouvement ouvrier américain en crise, était les étudiants en révolte. Leur « Grand refus » restait la lumière dans un océan de défaitisme et de repli défensif non seulement des réformistes, mais également de l’extrême-gauche. Mai 68, en France, avait également commencé contre la répression policière, par une révolte étudiante avec laquelle s’était par la suite solidarisé le mouvement ouvrier, ouvrant ainsi la voie à la grève générale la plus importante des luttes de classes en Europe occidentale.
    Bien sûr les conditions historiques ne sont pas les mêmes et une telle comparaison n’est pas d’actualité. Mais la défense des libertés démocratiques, le droit de s’exprimer et de manifester, et la condamnation des violences policières ne sont pas négociables. Il est intolérable qu’un manifestant puisse être arrêté et condamné seulement parce qu’il manifeste, mais il est encore plus intolérable que cela se produise sans soulever une indignation massive.
    Nous qui signons cette tribune sommes des « intellectuels » selon la formule consacrée. Mais comme Sartre, au temps de la guerre d’Algérie, l’avait rappelé, il n’y a pas les intellectuels, et les masses, il y a des gens qui veulent des choses et se battent pour elles, et ils sont tous égaux. Aujourd’hui l’heure est grave, les droits démocratiques les plus élémentaires sont en péril, et la révolte gronde en toute légitimité. Hier, « tous des juifs allemands », aujourd’hui, « tous participant-e-s à des manifestations interdites ». Justice d’exception, prototype d’Etat d’exception, une nouvelle fois la démocratie du capital entre dans une phase haineuse et tombe le masque. Quiconque ne le regardera pas dans les yeux et ne s’insurgera pas avant qu’il ne soit trop tard, sera nécessairement, à un titre ou un autre, complice.
     
    Les signataires de ce texte sont Etienne Balibar (philosophe, professeur émérite à l’université Paris-Ouest), Emmanuel Barot (philosophe, université du Mirail), Sebastien Budgen (éditeur), Judith Butler (philosophe, université de Berkeley, Californie), Vincent Charbonnier (philosophe, IFE-ENS Lyon), Mladen Dolar (philosophe, université de Ljubljana, Slovénie), Bernard Friot (sociologue et économiste, université Paris Ouest-Nanterre), Isabelle Garo (philosophe, enseignante), Eric Hazan (éditeur), Stathis Kouvélakis (philosophe, King’s College, Londres), Frédéric Lordon (économiste, CNRS), Michael Löwy (philosophe, CNRS), István Mészáros (philosophe, université du Sussex, Angleterre), Beatriz Preciado (philosophe, Musée d’art contemporain de Barcelone), Guillaume Sibertin-Blanc (philosophe, université du Mirail), Joan W. Scott (historienne, Institute for Advanced Study, Princeton, New Jersey) et Slavoj Žižek (philosophe, université de Ljubljana, Slovénie).


    votre commentaire
  • Christiane Taubira et la marseillaise

    Voir aussi mon article du 28 janvier 2012

    C'est le monde à l'envers. Il paraît que si l'on ne chante pas la marseillaise, c'est une insulte à la nation.

    Oui, c'est bien le monde à l'envers car il n'y a pas plus insultant que de chanter les paroles de haine de cet hymne barbare qui n'aurait jamais dû voir le jour.

    Manifestement, l'occasion était trop belle pour l'UMP et le FN pour qui le comportement de Mme Taubira est un exutoire. Je le dis tout net, ces partis politiques ne méritent que le mépris. Alors que Christiane Taubira suscite le respect en refusant de proférer des paroles guerrières.     

    Je crois l'avoir déjà dit et je le répète, apprendre " de force " ce chant à nos enfants est aussi grave que de les forcer à être chrétiens. 

    C'est quoi le patriotisme ?

    Gaulois.

     

     


    votre commentaire
  • La vidéosurveillance a la cote

    Ou le marché juteux de l'atteinte aux libertés

    Il faut croire que l'efficacité des caméras n'est pas si efficace que certains veulent bien le faire croire. Les cambriolages sont passés de 174 à 143 à Rambouillet. Il faut certainement chercher ailleurs cette baisse si peu significative. Mais personne ne s'y engage et pour cause, il faut bien justifier la présence de ces caméras qui n'en doutons pas, font les choux gras de certains élus....et que les contribuables paient. 
    Promis, comme l'ancien président du Sénat Gérard Larcher l'affirme, pas d'atteinte à la vie privée. Nous prendrait-il pour des imbéciles séniles ?

    Gaulois.

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Verbalisé pour port d'écouteurs

    Ou la SNCF dans ses basses œuvres.

    Tout les usagers ou presque sont les victimes des pratiques des plus douteuses de la SNCF. Retards des trains systématiques, incidents à répétition, billetterie aléatoire, répression féroce envers les « Fraudeurs » qui ne sont pas forcément *
    La cerise sur le gâteau ! Il est prohibé de porter des écouteurs, fini la musique même si ça ne perturbe pas les usagers.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il semble que la SNCF a la nostalgie des années peu glorieuses, vous savez, quand elle était complice bienveillante des déportations en masse. Puisque dans le cas présent, elle s'appuie sur un décret datant de cette époque. Il serait bon de rappeler à cette société de transport que la guerre de 39-45 est fini ainsi que la collaboration avec l'ennemi. En terme d'ennemis, ils sont bel et bien en train de changer de camp !
    Cocorico !!

    Plus : 

    http://www.lunion.presse.fr/region/radio-verbalise-en-gare-pour-port-d-ecouteurs-le-ia3b24n322920#comment-124274


    Gaulois.  


    votre commentaire
  • Inutilité

    A en croire EELV, l'inefficacité de la vidéosurveillance ne fait aucun doute. Certes c'est tout-à-fait vrai. Mais il n'est pas nécessaire d'être écolo pour en faire la démonstration. Si les « écolo-politiques » ont raison sur le fond, la question se pose sur la forme. Dénoncer cette atteinte à la liberté à quelques semaines des élections municipales « Pue » la récupération. En effet, la vidéosurveillance existe depuis longtemps, mais a-t-on entendu ces élus habituellement si timides, loin des élections ? 

    Le sondage du Maine libre qui donne 82 % pour la vidéosurveillance amène à la réflexion.

    En effet, sur quoi repose l'opinion des « Pour » ? Simplement parce que l'on fait croire que les affaires criminelles sont élucidées grâce au visionnage des caméras ayant filmé des agressions, parfois violentes. Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond ! Si nombre d'affaires sont élucidées, c'est-à-dire les agresseurs identifiés, les caméras n'empêchent pas l'agression et cela fait une belle jambe aux victimes qui porteront souvent et longtemps les séquelles de leur agression, quand ce n'est pas la mort. Faire des statistiques sur les affaires élucidées par les caméras relève de l'hypocrisie et...Du mépris envers les victimes. C'est à se demander si les élus n'en souhaiteraient pas davantage d'agressions filmées, pour ensuite gargariser les citoyens sur des – parfois  hypothétiques - affaires élucidées. 
    Non ! Les caméras n'empêchent pas les délits, elles identifient seulement - pas toujours - les voyous. En admettant qu'il y ait un visionnage en temps réel des caméras, cela suppose des moyens financiers colossales.
    Si les politiques décidaient d'éliminer la vidéosurveillance en la remplaçant par la présence humaine, il est certain que la criminalité serait en nette régression, ainsi d'ailleurs que les gouffres financiers. Seulement voilà, on ne négocie pas de bakchich avec l'humain, tandis qu'avec la vidéosurveillance, tout est possible. C'est bien connu, les marchés publics au sein des collectivités sont généralement aléatoires et flous.

    Pour ce qui est des libertés individuelles. Dans quelques années il n'en sera plus question. Dès la naissance, nous serons tous sous surveillance. La vidéosurveillance n'étant que l'un des nombreux moyens existants imaginés par le pouvoir.

    Gaulois.
        

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique