•  Macron et la chasse

    Venant de l’individu, ce n’est pas une surprise. Et dire que les français ont voté pour lui. Là, nous pouvons l’associer à un autre président, vous savez celui qui adore les armes. Sans oublier le dirigeant espagnol qui tuait les éléphants.

    Il paraît que la majorité des français est hostile à la chasse. Nous pouvons en douter.

    Ça me rappelle ce jour ou j’ai dû chasser les chasseurs chassant à moins de 50 mètres de notre habitation. Vivre à la campagne est parfois dangereux !

    Avec l’appui du président pour les chasseurs, nous risquons le pire.

    Gaulois.

    Emmanuel Macron couvre les chasseurs de cadeaux

     5 mai 2018 / Maxime Louis 

    https://reporterre.net/Emmanuel-Macron-couvre-les-chasseurs-de-cadeaux

    Le chef de l’État choye les chasseurs et satisfait leurs demandes. Cela menace la sécurité des campagnes et dégrade la biodiversité, estime l’auteur de cette tribune

     

    Maxime Louis est juriste, ancien candidat du Parti animaliste aux élections législatives 2017 à Metz, adhérent du Parti animaliste et de l’Association de protection des animaux sauvages (Aspas). Il gère la page Facebook « Animaliste Moselle » et s’investit localement pour défendre la cause animale.

     

     

    Ces derniers mois, le monde de la chasse s’est abreuvé des faveurs du gouvernement. Son excellente relation avec l’exécutif s’en est trouvée confortée.

    D’abord, par un arrêté du 2 janvier 2018, les chasseurs sont désormais autorisés à utiliser « un modérateur de son », ou silencieux, pour leurs armes à feu. Cette mesure scandaleuse va accroître le sentiment d’insécurité des Français (71 % des personnes interrogées, selon un sondage Ifop de 2017), fondé sur de réels dangers. Rappelons que 150 accidents ont été comptabilisés pendant la saison 2017-2018, dont douze mortels parmi lesquels deux mineurs et trois non-chasseurs.

    Par ailleurs, le site web Chasse passion a qualifié d’« immense victoire pour la chasse française » la rencontre du 15 février 2018 entre la Fédération nationale des chasseurs (FNC), représentée par Willy Schraen, et Emmanuel Macron. Le président de la République a annoncé la division par deux en juin 2018 du prix du permis national de chasse — soit désormais 200 euros —, la réouverture des chasses présidentielles, la possibilité de chasser sur tout le territoire national et une dérogation qui autorise la chasse aux oies cendrées jusqu’au 28 février 2019 (au lieu du 1er février, comme l’impose la réglementation européenne).

     Des Français dans leur immense majorité hostiles à la chasse

    Ces pistes de réforme inspirées par les chasseurs dans leur intérêt exclusif ne sont en aucun cas soutenues par les Français. En effet, selon un sondage Ifop de 2016, 91 % des personnes interrogées désirent ardemment une réforme de la chasse. D’après un autre sondage Ifop de 2017, 81 % d’entre eux souhaitent l’interdiction de la chasse le dimanche et 79 % la réduction des périodes de chasse.

    La sécurité des citoyens devrait être la priorité de l’action publique. L’État a en effet un devoir constitutionnel d’assurer la sécurité de ses ressortissants. L’article 2 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 est sans appel : « Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression. » L’article L111-1 du Code de la sécurité intérieure dispose en ces termes que « la sécurité est un droit fondamental et l’une des conditions de l’exercice des libertés individuelles et collectives. L’État a le devoir d’assurer la sécurité en veillant, sur l’ensemble du territoire de la République, (…) à la protection des personnes et des biens ». Enfin, l’article 5 de la Convention européenne des droits de l’homme souligne que « toute personne a droit à la liberté et à la sûreté ». Mais où se trouvent la sécurité et l’intérêt général lorsque les aspirations des Français sont bafouées pour la satisfaction d’une minorité ?

    Si l’on en croit les mots du chef de l’État, les chasseurs sont les garants de la biodiversité terrestre. La classe politique ne tarit pas d’éloges à leur sujet et valorise leur rôle par les textes juridiques. L’article L420-1 du Code de l’environnement en dit long sur cet état d’esprit : « Par leurs actions de gestion et de régulation des espèces dont la chasse est autorisée ainsi que par leurs réalisations en faveur des biotopes, les chasseurs contribuent à la gestion équilibrée des écosystèmes. »

    Gestion de la biodiversité ? Un tiers des animaux chassés sont issus d’élevage…

    Mais en quoi les chasseurs seraient-ils « les garants de la biodiversité » sachant qu’un tiers des animaux chassés proviennent d’élevage ? Comme l’a rappelé le naturaliste Pierre Rigaux, il existe en France des milliers d’enclos privés (régis par le très léger article L424-3 du Code de l’environnement) qui permettent aux chasseurs de venir tuer toute l’année les animaux de leur choix contre rémunération, sans aucun contrôle externe. Il est difficile de comprendre en quoi tuer des animaux derrière des enclos contribue à « la gestion équilibrée des écosystèmes ».

    De plus, le chef de l’État a renouvelé son soutien aux chasses traditionnelles que sont, parmi d’autres, la vénerie sous terre (40.000 pratiquants selon l’Association pour la protection des animaux sauvages — Aspas) et la chasse à courre (10.000 pratiquants selon l’Aspas) dont le nombre d’équipages ne cesse d’augmenter. Pourtant, selon un sondage Ifop de 2017, 84 % des personnes interrogées demandent l’interdiction de la chasse à courre, interdiction déjà en vigueur dans de nombreux pays (Allemagne, Belgique, Écosse…) en raison de sa cruauté. Le député Bastien Lachaud a déposé en janvier 2018 une proposition de loi visant à l’interdire ; elle semble avoir peu de chance d’être retenue.

    Rajoutons à cela le droit de détruire des millions d’animaux qualifiés de « nuisibles » (renards, belettes, martres…) dont la liste est établie selon l’article R427-6 du Code de l’environnement, par le ministre compétent, après l’avis du très partial Conseil national de la chasse et de la faune sauvage dirigé par… les chasseurs ! Lorsque la saison de chasse est terminée, ils peuvent donc s’adonner au massacre des « nuisibles ».

    Des chasseurs qui veulent « écarter les dérives animalistes et antispécistes »

    Mais cela n’est jamais assez pour les chasseurs. Dans leur cahier de doléances qui regroupe trente propositions, ils exigent de pouvoir chasser les espèces protégées, d’éradiquer le loup et d’« écarter les dérives animalistes et antispécistes ».

    Le chasseur se présente comme le régulateur d’une faune sauvage qui doit être domptée par le feu des armes et les pièges. Tout opposant à la chasse est discrédité et qualifié de dangereux extrémiste. Pourtant, n’est-ce pas le chasseur qui, selon le philosophe et auteur de L’Utopie (1516), Thomas More, « cherche dans le sang et le meurtre une stérile jouissance. Les Utopiens pensent en outre que cet amour de la mort, même de la mort des bêtes, est le penchant d’une âme féroce, qui ne tardera pas à le devenir, à force de se repaître de ce plaisir barbare » ?

    Le but des chasseurs demeure sans appel : tuer toujours plus d’animaux, plus longtemps, plus facilement. Renforcés par la bénédiction du président, forts d’un groupe parlementaire de 106 députés et de 67 sénateurs, protégés par la loi et ménagés par la justice, ils continueront à massacrer chaque année, par amour pour la nature, 31 millions d’animaux sauvages.

    Willy Schraen affirmait que « retirer la chasse, c’est faire mourir à petit feu la nature ». Erreur, Monsieur Schraen, c’est le feu de vos armes qui tue la nature. Sachez que si Emmanuel Macron était cohérent avec ses propos tenus lors de l’assemblée générale de la FNC en 2017 — « Défendons notre biodiversité, la biodiversité européenne et mondiale avec des règles adaptées et beaucoup plus de pragmatisme » —, il commencerait par faire interdire la chasse.

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Sans doute à cause d'un dysfonctionnement, quelques articles et photos sont manquantes dans cette rubrique, en particulier concernant la chasse à courre.

    Mystère mystère....

    Chasse à courre et écologie !

    Je ne m'étendrais pas davantage sur ce que je pense de la chasse à courre. D'autant que la littérature est suffisamment abondante sur la toile.

    Cet article est un pied de nez à notre cher ministre de l'écologie, mais pas dans le sens souhaité par les défenseurs de la cause animale. Nicolas Hulot, ministre girouette est doué d'un pouvoir de mutation extraordinaire. Avec lui, c'est tout et son contraire. Par exemple, il déclarait il n'y a pas si longtemps qu'il était fermement opposé au projet d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure. C'était un peu avant qu'il devienne ministre. Maintenant qu'il est confortablement installé dans le fauteuil ministériel,  il n'est pas farouchement contre. Allez donc savoir pourquoi. Peut-être se souvient-il du proverbe " Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis " Sans doute un héritage des socialistes.....

    Gaulois.  

     


    votre commentaire
  •  

     

    Chasse aux nuisibles 

    Cet article sur la chasse aux nuisibles est incomplet. En effet, dans la liste citée, il manque une espèce oh combien plus nuisible, l'espèce humaine !

    Pauvre France ! Cocoricooooo......

    Gaulois. 

     


    votre commentaire
  • Requiem pour les dauphins

    Le 23octobre 2011 dans cette rubrique, j'abordais cette barbarie qui continue aux îles Féroé. Malgré les efforts d'organisations sensibilisées par ces massacres barbares et gratuits.

    Des arguments insoutenables ; elle n'est plus nécessaire, mais reste une tradition culturelle !
    C'est en quelque sorte comme la tauromachie, pas nécessaire, mais une tradition.
    Ecoeurant !
    Gaulois.

    http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3600_massacre_dauphins_iles_feroe_Danemark.php






    votre commentaire
  • Ils chassent les chasseurs

    Ou la chasse à la barbarie

    Cet article complète le précédent....

    Encore une fois, la violence n'est pas du côté supposé. Celle-ci est d'un autre âge, immonde, lâche, inutile et gratuite, juste pour satisfaire les bas instincts sadiques de personnages peu recommandables. C'est un peu comme dans les arènes de la Rome antique. Il y a les bourgeois, qui se placent au dessus de tout et méprisent le peuple. Quand aux suiveurs de ces chasses à courre, leur naïveté  n'a d'égal que leur grande bêtise.
    Nous sommes en région de Rambouillet, sans doute la plus « cotée » question bourgeoisie, fric et cruauté. Faut-il le souligner, le sénateur maire de Rambouillet n'était autre que le président du Sénat à l'époque des faits. Ce serait donc mal vu par cette bourgeoisie que les défenseurs des animaux ne soient pas condamnés. Ce n'est pas dû au hasard si une loi est passée en 2010, afin de « Criminaliser les opposants à la barbarie ! »
    Imaginons un seul instant que l'un de ces gueux soit pris à braconner dans cette même et « Prestigieuse ? » forêt et il serait sévèrement condamné. Donc démonstration est faite une fois de plus : « Selon que vous serez puissants ou misérables, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir »
    Plus fort encore, la chasse à courre - si vous préférez la barbarie - est un droit.
    Finalement comme la tauromachie, le gavage des oies et canards pour le foie gras.
    Cocoricooooo.
    Gaulois.  

     

     

     


    votre commentaire
  • Chasse à courre sabotée


        Encore un fait de chasse qu'il faut dénoncer haut et fort.
    S'il est ici question de violence, elle n'est pas dans le camp des opposants, mais bien dans celui des bourgeois aux pratiques sanguinaires et sadiques d'un autre âge.
    Le tribunal n'a pas peur du ridicule en argumentant une action « Concertée et organisée » et qui ne tient pas compte de l'action barbare des organisateurs autrement mieux « Organisée ». 

    C'est bien connu, la justice - ou plutôt l'injustice  de classe est tenace 
    L'espèce humaine est décidément bien décevante.

    Gaulois.

     

     


    votre commentaire
  • Chasse et ministres

    N'importe qui d'en nous peut être « Fusillé » en traversant un bois.

    Les chasseurs font leur loi, au mépris des règles de sécurité. Certains hypocrites diront que les accidents de chasse sont négligeables par rapport aux accidents de la route. Soit, mais ça n'excuse en rien la chasse qui provoque des morts, pour la simple raison qu'il s'agit d'un loisir barbare. Il est de plus en plus fréquent de voir ces chasseurs arrogants longer la route, fusil prêt à tirer. Dernièrement, j'ai dû intervenir auprès d'un groupe d’excités de la gâchette qui tiraient à moins de 50 mètre de chez moi. Bientôt, vous n'aurez plus accès à certaines routes pour cause de chasse, un comble !
    J'en passe et des meilleurs.
    Ne comptez pas sur les hautes autorités, qu'ils soient préfets ou ministres pour faire changer les choses, puisque bien souvent ils participent à ces orgies.
    Il est urgent d'abolire la chasse.

    Gaulois.
       


    votre commentaire
  • Barbarie animale

     Allez, un peu d'horreur. De temps en temps, il faut bien rappeler ce que nous sommes.
    Non, ce n'est pas de la fiction, mais la brutale réalité de ce que l'être humain paraît-il...Civilisé ! est capable.
    Cette vidéo n'est pas très longue, juste assez pour faire gerber les plus sensibles :

    http://vimeo.com/57126054#at=0

    Et parmi celles que l'on trouve sur la toile.
    Attention ça décoiffe :

    http://www.youtube.com/watch?v=tE1s0E1NFMU

    Gaulois.

     


    votre commentaire
  • Actualité

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Poursuivre et contrôler les chasseurs est sans doute une bonne chose, mais ce sont tous les chasseurs qu'il faudrait poursuivre. Autrement dit, la chasse devrait être abolie depuis des lustres.

    Quand j'entend dire qu'il y a des chasseurs éthiques, respectueux des règles de sécurité et de la faune, ça me défrise. Pourquoi ces fanatiques chassent-ils ? Pour vivre, se nourrir ? Non, par plaisir sadique de traquer le gibier et souvent le faire souffrir. 

    Cet article ne dit pas ce que devient le butin saisi. D'abord les fusils. Il y a fort à parier qu'ils sont revendus à l'occasion de marchés clandestins entre les autorités et fédérations de chasse. Le gibier fait probablement le bonheur de ceux qui, très officiellement, participent pour le plaisir à des chasses pas plus ethiques que ceux qu'ils condamnent.

     

    Combien faudra-t-il de morts, avant que cesse cette barbarie d'un autre temps ?

    Gaulois.

     


    votre commentaire
  • Tour de France et abattage de cervidés

    Progressivement, le tour de France cycliste a perdu de son charme. Avec les nombreux scandales liés au dopage, peut-on s'en étonner. Cette manifestation sportive estivale est devenue tout au plus un prétexte pour occuper quelques vacanciers en mal de loisirs. Comme certains autres sports, il est devenu un business.

    Mais passons...

    Organiser une battue et abattre des cerfs, des chevreuils et des biches sous le seul prétexte d'assurer la sécurité des coureurs, avouez que c'est tout simplement monstrueux.

    Monsieur le préfet d'Eure et Loir, vous êtes un barbare. En quelque sorte vous cautionnez des pratiques liées à la chasse de plus en plus controversées et d'une autre époque. Jusqu'où irez-vous, pour soi-disant assurer la sécurité ? Les coureurs ont bien plus de chance d'être bousculés par les spectateurs imprudents qui se massent sur le parcours.

    L'article de l'écho aurait été plus complet s'il avait mentionné la destination de ces deux pauvres bêtes innocentes. Je suis prêt à parier mes moustaches qu'elles ont fini dans l'assiette des " Hautes " personnalités du département. Ils ont probablement échaffaudés, durant  leurs agapes, quelques autres plans d'abattages prochains. 

    C'est aussi cela, la France !

    Gaulois.



    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique