• Militantisme

    Il n'est pas question d'apporter ici une quelconque recette miracle sur le militantisme et encore moins une orientation idéologique.

    Gaulois n'est pas un intellectuel, n'a pas fréquenté les grandes écoles. Il n'a même pas le bac ! Tout juste le certificat d'études obtenu en 1958. Peu de personnes se souviennent de ce diplôme scolaire. Ceci posé, mon militantisme durant de nombreuses années, à défaut d'avoir eu une quelconque efficacité, répondait à l'extériorisation d'une révolte intérieure.

    Je crois avant tout qu’il y a deux grandes catégories de militants, même si le militantisme en général est vaste et diversifié. Chaque individu n'a-t-il pas sa manière propre de militer, en fonction de sa sensibilité et de sa perception des évènements.

    Le militant que je qualifie, à tors ou à raison, de passif ( Signer des pétitions, faire des dons, faire circuler l’information, etc.… ). Le militant actif. Nous parlons alors de militants « Activistes » ou « De terrain ». Je m’attarde sur cette catégorie qui me correspond le mieux. J’exclus de mon champ de vision le militantisme politique, bien qu'à à travers les actes militants nous devons très souvent interpeller les politiques. Ce qui est fondamentalement différent du militantisme visant à se ranger et défendre un parti politique.

    Nous entendons souvent dire que telle ou telle personne possède la fibre militante.

    Je ne suis pas persuadé que l’individu possède en lui les gènes du militantisme. Je crois au contraire que l’on devient militant alors que rien ne nous prédispose à priori à le devenir.

    En fait avoir la fibre militante ne suffit pas. Ou plutôt je suis persuadé qu’il faut des éléments déclencheurs qui font que l’on devient militant. Nous pouvons parler de prise de conscience ou réveil de conscience. Les aléas de la vie, notre environnement, le milieu familial, nos fréquentations et finalement notre propre sensibilité peuvent être le terreau de nos motivations. Tout cela influe sur nos orientations militantes.

    Attention aux pratiques douteuses à caractère sectaire et parfois de partis politiques qui profitent de la faiblesse psychologique d’individus, pour les « endoctriner ». La jeunesse, plus malléable, insuffisamment éclairée et moins vigilante est souvent leur cible. Mais la génération actuelle réagit plutôt bien.

    La conviction est un élément déterminant chez le militant. Bien entendu intervient la notion de légitimité militante. Toutefois, prenons garde de ne pas nous enfermer dans un jusqu’au boutisme néfaste. Nous devons rester ouvert sur le monde extérieur et rester objectif.

    Ce n’est pas toujours facile, convenons-en. Je refuse le militantisme dans la violence.

    Par exemple, nous pouvons être opposés aux OGM et militer activement dans ce sens, tout en étant pour le nucléaire et même militer aussi dans ce sens. J’ose dire que fort heureusement, c’est peu fréquent et les anti OGM sont généralement aussi anti nucléaire ( c’est mon cas ). Tout comme des anti-nucléaires sont opposés aux éoliennes ! Nous sommes là dans un cadre de sensibilité environnementale, avec parfois les contradictions que je viens de citer. C’est-à-dire le débat contradictoire par exemple entre anti et pro OGM, ou l’antagonisme peut influencer la qualité et l’issue d’un débat. L’auditoire est alors perplexe ou convaincu par l’une ou l’autre des parties en fonction de la qualité des arguments avancés.

    Il n’est pas interdit d’évoluer, et c’est même souhaitable, sur les valeurs que nous croyons être justes. Tout le monde, sans exception, peut se tromper. J’attache une grande importance au fait que l’on reconnaisse ses propres erreurs. Par exemple, il y a quelques années, je défendais les biocarburants, ou agrocarburants. Tout le monde ou presque, sait que c’est une erreur fondamentale qui accentuerait la faim dans le monde, en transforment les terres cultivables en cultures de biocarburants..

    Je constate un militantisme plus prononcé dans les milieux de l’enseignement. J’y vois deux raisons. La disponibilité et la prédisposition à un éveil plus ouvert.

    Je suis assez méfiant de militants qui cherchent à tirer un profit personnel ou se mettre en valeur à militer au sein d’associations. Il me semble que militer c’est mettre en commun des valeurs et des idées pour le bien de tous.

    Chaque individu peut militer, au sein d’une association ou individuellement, mais dans un esprit collectif. Il est fréquent de militer individuellement, sans adhérer à une association par souci de liberté individuelle et ne pas souhaiter se faire « Embrigader », tout en participant au travail associatif. L’inconvénient majeur étant, comme cela m'est arrivé quelquefois, d’être exclus des décisions. Ce qui à mon sens est profondément injuste. Je prétend qu'une voix individuelle non dictée par un groupe, a autant de valeur que les voix issues de ce même groupe.

    Enfin, militer n’est pas de vouloir à toute force changer le monde, c’est exprimer une volonté d’améliorer et protéger le bien être de tous, tant sur le plan social qu’environnemental, intimement liés, si fragiles et mis à mal par les humains.

    Résister, c'est exister

    Le modèle de développement économique actuel, imposé par le « Système capitaliste » des « Maîtres du monde », détruit les équilibres planétaires indispensables à la survie de l’espèce humaine, ainsi que la faune et la flore qui accompagnent notre destinée.

    La folle idéologie de la croissance, propre à ce système particulièrement destructeur, oblige au gaspillage irrémédiable de nos réserves en ressources naturelles.

    Nos produits chimiques et nos déchets empoisonnent le sol, l’atmosphère, l’eau, l’air, nos aliments et notre sang.

    De puissants organismes privés s’approprient abusivement et sans vergogne le patrimoine commun, grâce aux lois scélérates qu’ils se font fabriquer par leurs complices politiques. Y compris en « brevetant » le vivant, comme ces semenciers qui, avec leurs OGM, nous dépossèdent de notre souveraineté alimentaire et en violation de notre intégrité génétique.

    Les promoteurs du lobby nucléaire, tant civil que militaire…intimement liés, sont parvenus à contrôler les plus hautes instances gouvernementales internationales. Ils mettent en danger constant des régions, des pays…la planète entière pour des siècles, dans le mépris total de toutes concertations populaires. Ceci grâce à la complicité des grandes puissances atomiques qui ont corrompu et instrumentalisé le conseil de sécurité de l’ONU.

    Des milliards d’humains, hommes, femmes et enfants, pour gagner quotidiennement leur droit à la vie, sont asservis au travail imposé par quelques milliers d’autres. Des millions d’entre eux, hommes, femmes et enfants, qui ne possèdent rien d’autre, sont contraints de louer leur corps, quand ce n’est pas vendre leurs organes.

    Dans le cadre de notre profession, nous, comme des milliards d’autres producteurs, vendons notre énergie et notre âme au « système » en agissant le plus souvent en totale contradiction avec nos opinions.

    Dans la vie courante, nous sommes les victimes asservies et formatées, des verrouillages psychologiques judicieusement entretenus par les religions, les traditions, les corruptions politiques, les manipulations médiatiques et les mensonges d’état !

     Chaque jour, plusieurs dizaines de milliers de nos semblables, hommes, femmes et surtout près de trente milles enfants meurent prématurément de la sous-condition socio-économique et de maladies évitables qui leur sont infligées. Plus d’un milliard de personnes ne mangent pas à leur faim et n’ont pas accès à l’eau potable !

    Alors que seulement 62 personnes possèdent autant que la moitié la plus pauvre de la population mondiale ! https://www.oxfamfrance.org/communique-presse/justice-fiscale/davos-2016-62-personnes-possedent-autant-que-moitie-plus-pauvre

    Richesses dont ils fixent le prix, au nom de leurs lois du marché qu’ils nous imposent !….

    La manière dont nous traitons nos relations socio-économiques nous accable de soucis, de maladies, de tâches inutiles, de confrontations futiles, de conflits et de guerres aussi meurtrières qu’imbéciles.

    Nous fabriquons et vendons des armes qui, finalement, ne servent qu’à pérenniser et fortifier la domination des pouvoirs et dictatures en place.

    Nos démocraties sont bafouées par les prérogatives que s’attribuent des instances qui ne disposent d’aucun mandat populaire.

    Les dirigeants, avides de pouvoir et de richesses, assoient leur dictature sur notre passivité. Contrôlant notre âme et cultivant notre peur.

    Encore et surtout, nos luttes dispersées, désorganisées, erratiques et divisées ne parviennent pas à enrayer la progression des désordres et de la misère.

    Face à l’ordre mondial qu’ils ont instauré et …Orchestré seulement par ces quelques milliers de personnes, dans le mensonge, le secret, la domination et la terreur, une seule alternative est possible :

    Accepter ! Et se réfugier dans la soumission, refuser d’ouvrir les yeux ! Subir le terrorisme d’état !!

    Ou alors vaincre sa peur et dire NON !

    Car Aujourd’hui, nous sommes toutes et tous fermement invités à dire NON !

    NON ! au monstre sans visage qui nous gouverne.

    NON ! à la primauté du commerce sur la vie.

    NON ! Aux pseudo-lois du marché.

    NON ! À la concurrence et à la guerre économique, Inutilement dévoreuses d’énergie, de matières premières et de vies.

    NON ! À la dictature bancaire et financière privée.

    NON ! Au détournement de la finalité de l’économie.

    NON ! Aux prétentions de qui que ce soit à l’hégémonie politique et culturelle.

    NON ! À toutes formes de discrimination, de domination et d’exploitation.

    NON ! A cette justice à la botte du pouvoir en place et à ses ordres, expéditive et orientée.

    NON ! Aux violences et bavures policières, toujours plus nombreuses et souvent mortelles !

    Dire non ne suffit pas !

    Refusons d’être les cobayes des capitalistes sans scrupules.

    Refusons de continuer à participer à l’entreprise poursuivie par nos dirigeants, de destruction accélérée de notre civilisation et du monde.

    Refusons d’être des moutons dociles et aveugles.

    Refusons d’être, notre vie entière, des vaches à lait.

    Refusons de nous laisser conduire à l’abattoir.

    Intervenons ensemble ou individuellement, à n’importe quel endroit et à n’importe quel moment, chaque fois que la satisfaction d’un intérêt privé menace la santé, la sécurité et le bien être de la société ou celle d’un des éléments qui la compose.

    Aujourd’hui, parce que l’humanité entière est artificiellement mise en souffrance et en danger de mort par une minorité de ses membres, alors que tous les paramètres sont réunis pour qu’il en soit autrement. Nous, citoyennes et citoyens de tous horizons, responsables de ce monde, sommes fondés à entrer en légitime résistance civique, active et pacifique.

    Souvenons-nous toujours : Individuellement, nous possédons moins de pouvoir qu’une

    goutte d’eau. Tous ensemble, nous sommes un océan !

    Si Jean Rostand déclarait : l’obligation de subir nous donne le droit de savoir.

    Aujourd’hui nous déclarons qu’il est urgent d’agir pour ne plus subir.

    Résister, c’est exister ! Exister, c’est être libre !

    J'accepte le contrat tacite des gens qui dorment 

    Ou la triste réalité des gens qui acceptent tout

    Auteur : Fuck the system       Le système mis en place dans notre monde libre repose sur l'accord tacite d'une sorte de contrat passé avec chacun d'entre nous dont voici, dans les grandes lignes, le contenu.
    Voici le contrat reconductible par tacite reconduction que vous signez chaque matin en vous réveillant simplement et ne faisant rien
    Peu importe nos croyances ou nos idées politiques, le système mis en place dans notre monde libre repose sur l'accord tacite d'une sorte de contrat passé avec chacun d'entre nous, dont voici dans les grandes lignes le contenu :           1) J'accepte la compétition comme base de notre système, même si j'ai conscience que ce fonctionnement engendre frustration et colère pour l'immense majorité des perdants.

    2) J'accepte d'être humilié ou exploité a condition qu'on me permette a mon tour d'humilier ou d'exploiter quelqu'un occupant une place inférieure dans la pyramide sociale.

    3) J'accepte l'exclusion sociale des marginaux, des inadaptés et des faibles car je considère que le prise en charge de la société a ses limites.

    4) J'accepte de rémunérer les banques pour qu'elles investissent mes salaires à leur convenance, et qu'elles ne me reversent aucun dividende de leurs gigantesques profits (qui serviront a dévaliser les pays pauvres, ce que j'accepte implicitement). J'accepte aussi qu'elle prélèvent une forte commission pour me prêter de l'argent qui n'est autre que celui des autres clients.

    5) J'accepte que l'on congèle et que l'on jette des tonnes de nourriture pour ne pas que les cours s'écroulent, plutôt que de les offrir aux nécessiteux et de permettre à quelques centaines de milliers de personnes de ne pas mourir de faim chaque année.

    6) J'accepte qu'il soit interdit de mettre fin à ses jours rapidement, en revanche je tolère qu'on le fasse lentement en inhalant ou ingérant des substances toxiques autorisées par les états.

    7) J'accepte que l'on fasse la guerre pour faire régner la paix. J'accepte qu'au nom de la paix, la première dépense des états soit le budget de la défense. J'accepte donc que des conflits soient créés artificiellement pour écouler les stocks d'armes et faire tourner l'économie mondiale.

    8) J'accepte l'hégémonie du pétrole dans notre économie, bien qu'il s'agisse d'une énergie coûteuse et polluante, et je suis d'accord pour empêcher toute tentative de substitution, s'il s'avérait que l'on découvre un moyen gratuit et illimité de produire de l'énergie, ce qui serait notre perte.

    9) J'accepte que l'on condamne le meurtre de son prochain, sauf si les états décrètent qu'il s'agit d'un ennemi et nous encouragent à le tuer.

    10) J'accepte que l'on divise l'opinion publique en créant des partis de droite et de gauche qui passeront leur temps à se combattre en me donnant l'impression de faire avancer le système. j'accepte d'ailleurs toutes sortes de divisions possibles, pourvu qu'elles me permettent de focaliser ma colère vers les ennemis désignés dont on agitera le portrait devant mes yeux

    11) J'accepte que le pouvoir de façonner l'opinion publique, jadis détenu par les religions, soit aujourd'hui aux mains d'affairistes non élus démocratiquement et totalement libres de contrôler les états, car je suis convaincu du bon usage qu'ils en feront.

    12) J'accepte l'idée que le bonheur se résume au confort, l'amour au sexe, et la liberté à l'assouvissement de tous les désirs, car c'est ce que la publicité me rabâche toute la journée. Plus je serai malheureux et plus je consommerai : je remplirai mon rôle en contribuant au bon fonctionnement de notre économie.

    13) J'accepte que la valeur d'une personne se mesure à la taille de son compte bancaire, qu'on apprécie son utilité en fonction de sa productivité plutôt que de sa qualité, et qu'on l'exclue du système si elle n'est plus assez productive

    14) J'accepte que l'on paie grassement les joueurs de football ou des acteurs, et beaucoup moins les professeurs et les médecins chargés de l'éducation et de la santé des générations futures

    15) J'accepte que l'on mette au banc de la société les personnes âgées dont l'expérience pourrait nous être utile, car étant la civilisation la plus évoluée de la planète (et sans doute de l'univers) nous savons que l'expérience ne se partage ni ne se transmet

    16) J'accepte que l'on me présente des nouvelles négatives et terrifiantes du monde tous les jours, pour que je puisse apprécier a quel point notre situation est normale et combien j'ai de la chance de vivre en occident. je sais qu'entretenir la peur dans nos esprits ne peut être que bénéfique pour nous.

    17) J'accepte que les industriels, militaires et politiciens se réunissent régulièrement pour prendre sans nous concerter des décisions qui engagent l'avenir de la vie et de la planète.

    18) J'accepte de consommer de la viande bovine traitée aux hormones sans qu'on me le signale explicitement. J'accepte que la culture des OGM se répande dans le monde entier, permettant ainsi aux trusts de l'agroalimentaire de breveter le vivant, d'engranger des dividendes conséquents et de tenir sous leur joug l'agriculture mondiale.

    19) J'accepte que les banques internationales prêtent de l'argent aux pays souhaitant s'armer et se battre, et de choisir ainsi ceux qui feront la guerre et ceux qui ne la feront pas. Je suis conscient qu'il vaut mieux financer les deux bords afin d'être sûr de gagner de l'argent, et faire durer les conflits le plus longtemps possible afin de pouvoir totalement piller leurs ressources s'ils ne peuvent pas rembourser les emprunts.

    20) J'accepte que les multinationales s'abstiennent d'appliquer les progrès sociaux de l'occident dans les pays défavorisés. Considérant que c'est déjà une embellie de les faire travailler, je préfère qu'on utilise les lois en vigueur dans ces pays permettant de faire travailler des enfants dans des conditions inhumaines et précaires. Au nom des droits de l'homme et du citoyen, nous n'avons pas le droit de faire de l'ingérence.

    21) J'accepte que les hommes politiques puissent être d'une honnêteté douteuse et parfois même corrompus. je pense d'ailleurs que c'est normal au vu des fortes pressions qu'ils subissent. Pour la majorité par contre, la tolérance zéro doit être de mise.

    22) J'accepte que les laboratoires pharmaceutiques et les industriels de l'agroalimentaire vendent dans les pays défavorisés des produits périmés ou utilisent des substances cancérigènes interdites en occident.

    23) J'accepte que le reste de la planète, c'est-à-dire quatre milliards d'individus, puisse penser différemment à condition qu'il ne vienne pas exprimer ses croyances chez nous, et encore moins de tenter d'expliquer notre Histoire avec ses notions philosophiques primitives.

    24) J'accepte l'idée qu'il n'existe que deux possibilités dans la nature, à savoir chasser ou être chassé. Et si nous sommes doués d'une conscience et d'un langage, ce n'est certainement pas pour échapper à cette dualité, mais pour justifier pourquoi nous agissons de la sorte.

    25) J'accepte de considérer notre passé comme une suite ininterrompue de conflits, de conspirations politiques et de volontés hégémoniques, mais je sais qu'aujourd'hui tout ceci n'existe plus car nous sommes au summum de notre évolution, et que les seules règles régissant notre monde sont la recherche du bonheur et de la liberté de tous les peuples, comme nous l'entendons sans cesse dans nos discours politiques.

    26) J'accepte sans discuter et je considère comme vérités toutes les théories proposées pour l'explication du mystère de nos origines. Et j'accepte que la nature ait pu mettre des millions d'années pour créer un être humain dont le seul passe-temps soit la destruction de sa propre espèce en quelques instants.

    27) J'accepte la recherche du profit comme but suprême de l'Humanité, et l'accumulation des richesses comme l'accomplissement de la vie humaine.

    28) J'accepte la destruction des forêts, la quasi-disparition des poissons de rivières et de nos océans. J'accepte l'augmentation de la pollution industrielle et la dispersion de poisons chimiques et d'éléments radioactifs dans la nature. J'accepte l'utilisation de toutes sortes d'additifs chimiques dans mon alimentation, car je suis convaincu que si on les y met, c'est qu'ils sont utiles et sans danger.

    29) J'accepte la guerre économique sévissant sur la planète, même si je sens qu'elle nous mène vers une catastrophe sans précédent.

    30) J'accepte cette situation, et j'admets que je ne peux rien faire pour la changer ou l'améliorer.

    31) J'accepte d'être traité comme du bétail, car tout compte fait, je pense que je ne vaux pas mieux.

    32) J'accepte de ne poser aucune question, de fermer les yeux sur tout ceci, et de ne formuler aucune véritable opposition car je suis bien trop occupé par ma vie et mes soucis. J'accepte même de défendre à la mort ce contrat si vous me le demandez.

    33) J'accepte donc, en mon âme et conscience et définitivement, cette triste matrice que vous placez devant mes yeux pour m'empêcher de voir la réalité des choses. Je sais que vous agissez pour mon bien et pour celui de tous, et je vous en remercie.

    Fait par amitié sur la Terre, le 11 septembre 2003.    

    Gaulois.

    La lucidité est une forme de résistance.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :