• Les leçons du premier tour des présidentielles 2017

    Ou la grande comédie politique  dans tous ses états

    Un argumentaire plein de bon sens et qui démontre combien les élections sont pipées, une grande comédie destinée à museler les moutons électeurs.....

    Gaulois.

     Jean-Yves Jézéquel 

     

    Mondialisation.ca, 24 avril 2017

     

      

     

    Le scénario qui avait été mis en place par les médias officiels dès le début de la campagne électorale est bien celui qui se retrouve en final.

     

    Le pilonnage intensif de l’ensemble des médias a bombardé Macron dans la tête des gens comme le vainqueur obligatoire du premier tour avec Marine Le Pen en duel. Ce que j’avais plusieurs fois souligné dans les articles précédents, s’est avéré être effectivement le scénario pré établi et triomphant des élections présidentielles 2017.

     

    Premier constat : c’est bien ce scénario des élections pipées par les médias qui s’est imposé.

     

    Regardons maintenant la formidable parodie de démocratie révélée par les chiffres !

     

    Il y a 44.834.000,00 électeurs inscrits sur les listes électorales.

     

    On a relevé 21,80% d’abstention, ce qui donne 35.060.188,00 personnes qui ont voté.

     

    Macron a totalisé 23,75% des voix.

     

    Le Pen a totalisé   21,53% des voix.

     

    A eux deux, ils totalisent donc 45,28% des 35.060.188,00 voix.

     

    Il y a 15.875.253,00 Français votants qui ont donné leur voix aux deux candidats bombardés comme gagnants d’office.

     

    Il y a 19.184.935,00 Français votants, largement majoritaires, qui n’ont pas donné leur voix aux deux candidats désignés par les medias. La majorité des Français a donc mis en échec les prédictions du système puisqu’ils sont majoritaires à n’avoir pas voté Macron/Le Pen.

     

    Maintenant, si nous voyons l’ensemble des personnes qui ont une voix en France, cela signifie que 28.958.747,00 citoyens subissent la loi de 15.875.253,00 citoyens et n’ont plus le choix, bien que majoritaires, de faire entendre leur opinion politique dans cette farce électorale française !

     

    Dans cette nouvelle étape de l’observation sur les leçons du premier tour des élections présidentielles 2017, nous devons constater que le candidat qui arrive en tête par le score individuel est placé là par la volonté toute-puissante de 23,75% des votants ce qui veut dire par 8.326.794,70 citoyens. En comptant l’ensemble de ceux qui ont voté, il y a donc 26.733.393,00 citoyens qui ont voté contre Macron.

     

    Résultat : 54,72% des Français, c’est-à-dire l’immense majorité des Français, est contrainte de devoir voter ou Macron ou Le Pen. C’est un comble !!!

     

    D’ores et déjà, on peut dire que dans ces conditions, que ce soit Macron ou Le Pen, la France est ingouvernable puisque l’immense majorité ne veut ni de l’un ni de l’autre !

     

    Voilà pourquoi ces élections sont très clairement pipées, puisque la majorité des Français votants, n’ayant pas donné sa voix aux deux candidats du dernier tour, elle se retrouve quand même à devoir voter pour deux personnes que cette majorité a pourtant rejetées ! C’est un comble et une parodie de démocratie, c’est le moins qu’on puisse dire.

     

    Comme je le disais en analysant le scénario des medias : tout le monde est maintenant invité à se rabattre comme prévu sur Macron pour barrer la route de l’Elysée à Le Pen ! Tout fonctionne donc comme ce qui avait été calculé, en complète opposition avec tous les principes élémentaires de la démocratie !

     

    Deuxième constat : ce qui est clairement demandé aux Français dans cette élection c’est de « choisir entre la peste et le choléra ». Autant dire que c’est un choix impossible. Il ne reste donc plus que l’abstention ou le vote blanc non pris en compte bien entendu pour enfoncer le clou d’une absence totale de démocratie. Voilà comment les « élites » font la pluie et le beau temps, puisqu’ils tiennent en main les medias dans leur ensemble, instituts de sondages inclus…

     

    Cette observation des leçons du premier tour, démontre également ce que je disais dans un autre article : la maturité politique des Français se confirme puisqu’ils ont été largement majoritaires à rejeter les candidats du chaos annoncé : Macron/Le Pen, malgré la propagande colossale déversée chaque jour sur le peuple par les medias complaisants et tout dévoués aux intérêts de l’ordo libéralisme européiste dont Macron est le serviteur convaincu.

     

    CONCLUSION :

     

    Il est donc insupportable de constater à quel point le système électoral français est anti démocratique. Chacun peut ainsi mesurer à quel point il est pervers au plus haut degré et à quel point Mélenchon avait raison de dire qu’il était impératif et urgent de refaire une nouvelle Constitution avec de nouvelles règles du jeu pour que ce dernier soit respectueux de la volonté du peuple !

     

    Un candidat désigné par une minorité de Français va, par conséquent, s’imposer à la majorité des Français. Nous savons d’ores et déjà que le pays, dans ces conditions, sera ingouvernable et que nous allons dès maintenant vers une obligatoire et fatale confrontation en bloc contre tout ce que voudra nous imposer ce nouveau venu parachuté à l’Elysée par un vote arbitraire.

     

    L’ère des contestations, grèves générales, manifestations violentes de la rue, blocage du pays, va déclencher comme prévu, par la tradition Hollande qui se prolonge, un usage encore plus massif du 49-3, et de « l’Etat d’urgence » providentiel. Les Français sont partis pour une période à nouveau tourmentée de leur histoire et le jeune Macron ne mesure pas le symbole d’injustice qu’il représente pour la majorité des Français avant même d’être élu à la présidence du pays!

     

    Et puisqu’avec Macron élu par coalition d’une majorité de « votes utiles » contre le « Front National », avec lui, nous savons déjà qu’il ne sera pas question de sortir de l’OTAN. Dès lors, nous devons clairement savoir que la militarisation de l’UE va se poursuivre tambours battant et que les Français vont participer encore plus que jamais aux projets de guerres illicites et criminels des USA partout dans le monde ainsi qu’à leur volonté irréversible d’arriver à la confrontation tant désirée avec la Russie, guerre qui sera la garante d’une ruine assurée de toute l’Europe.

     

    La perversion du système électoral français a choisi le chaos annoncé !

     

     

     

    Jean-Yves Jézéquel

     

     

     

    La source originale de cet article est Mondialisation.ca

     

    Copyright © Jean-Yves Jézéquel, Mondialisation.ca, 2017

     

     


    votre commentaire
  • Logement de fortune

    En voilà un qui ne sera plus à la rue, le Pauvre !

    La grande question qui nous vient à l'esprit est ; comment un haut fonctionnaire pique le logement d'un moins favorisé que lui ?

    N'oublions pas que nous sommes dans un pays – de droit paraît-il – dans lequel tout est permis, mais pas pour tout le monde bien sûr. Allez donc vous inscrire aux services des HLM de votre coin. Si vous êtes propriétaire, c'est peine perdu, à juste titre d'ailleurs. Pour ce préfet, qui a vraisemblablement tripatouillé dans les Magouilles d'un certain Sarkosy, c'est permis.

    Pendant ce temps, des milliers de sans toit vivent sous les ponts, dans leur voiture ou dans la rue.

    la France est un pays formidable.

    Cocoricooooo

    Gaulois.

    Un préfet multipropriétaire logé en HLM à Puteaux

    LE MONDE | 09.07.2016 Par Isabelle Rey-Lefebvre


    http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/07/09/un-prefet-multiproprietaire-loge-en-hlm-a-puteaux_4966712_3224.html




    « Comment expliquer qu’un haut fonctionnaire, propriétaire de dix appartements et déclarant plus de 190 000 euros de revenus annuels, ait obtenu un logement social de trois pièces appartenant à l’Office public de l’habitat [OPH] de Puteaux ? » Christophe Greber, l’infatigable opposant (Modem) à la maire (Les Républicains) de la cité des Hauts-de-Seine, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, également présidente de l’office public HLM de la ville, a posé franchement la question, mardi 5 juillet, en conseil municipal.

    Le haut fonctionnaire en question est le préfet Alain Gardère, 59 ans, proche de l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, ex-directeur de cabinet adjoint de Claude Guéant au ministère de l’intérieur, directeur du Conseil national des activités privées de sécurité (Cnaps), organisme de contrôle de ces entreprises, jusqu’à sa mise en examen, en janvier, pour « corruption passive »« prise illégale d’intérêts »« recel d’abus de biens sociaux » et« détournement de fonds publics ».

    Lire aussi :   Enquête sur le préfet Gardère : un patron de l’immobilier mis en examen et écroué

    Selon un article publié, le 30 juin, par Mediapart, M. Gardère jouirait d’un salaire net mensuel de 9 800 euros, d’une prime annuelle de 18 000 euros et de 55 000 euros de revenus fonciers, qui le placent largement au-dessus des plafonds de ressources ouvrant droit à un logement social.

    L’appartement en cause, de 75 m2, avec un loyer de 2 000 euros, est l’un des treize logements sociaux sur 65 au total d’un ensemble flambant neuf, aux allures un peu kitsch, style Disney, du tout nouveau quartier du Théâtre, à Puteaux.



    « Aucun avantage économique »

    Selon le cabinet du maire, il s’agit d’une construction financée par un prêt locatif social (PLS), de gamme plutôt haute dans la complexe hiérarchie des logements sociaux, auquel a été appliqué le surloyer maximal. Mais le plafond de ressources exigé en PLS, dans ce secteur géographique, ne dépasse pas 45 000 euros par an pour un couple, et il doit être respecté à l’entrée dans les lieux, le surloyer ne pouvant s’appliquer qu’à un locataire déjà en place, dont les ressources ont progressé au fil des ans et outrepassent les plafonds.

    Le code de la construction stipule, en outre, que l’attribution d’un HLM ne peut se faire à une personne déjà propriétaire d’un logement correspondant à ses besoins. « Mon client, M. Gardère, a perdu son logement de fonction et, avec ce nouveau logement, ne bénéficie d’aucun avantage économique, puisque son loyer est même légèrement au-dessus de celui du marché privé dans cette ville », précise son avocat, Me Jean Veil.

     Lire aussi :   « Emploi fictif » et « corruption » : les affaires troubles du préfet Gardère

    « De nombreux candidats ont refusé cet appartement, précise le cabinet du maire. Il a été finalement attribué par une commission où siègent des représentants de la préfecture des Hauts-de-Seine, et sur le contingent préfectoral. » Dans un communiqué, la préfecture des Hauts-de-Seine a répondu, vendredi 8 juillet, que « M. Gardère n’a jamais figuré sur les listes d’allocataires proposés par les services de l’Etat, qu’il s’agisse des publics prioritaires ou des fonctionnaires, sur le contingent préfectoral relevant de l’OPH de Puteaux ».

    « Totalement inacceptable »

    Mardi, en conseil municipal, Mme Ceccaldi-Raynaud – elle aussi fidèle de Nicolas Sarkozy – s’est retranchée derrière le récent rapport, de mars, de l’Agence nationale de contrôle du logement social (Ancols), qui critique plusieurs attributions irrégulières de logements sociaux, mais, a-t-elle plaidé, pas celle-ci. Or, l’Ancols a examiné les attributions de 2009 à 2013, pas de 2014, année qui a vu exaucée la demande de M. Gardère.

    La ministre du logement et de l’habitat durable, Emmanuelle Cosse, a vivement réagi : « Cette situation, qui déroge aux principes et aux règles d’attribution des logements sociaux, est totalement inacceptable. Toute la lumière devra être faite sur les conditions dans lesquelles elle est intervenue et les responsabilités en cause. J’y veillerai personnellement. »

    Depuis sa création, le 1er janvier 2015, l’Ancols – aux pouvoirs renforcés par rapport à l’ancienne Miilos (Mission interministérielle d’inspection du logement social) – peut suggérer au ministre diverses sanctions. Vendredi, le préfet des Hauts-de-Seine a demandé « à la maire de Puteaux, en qualité de présidente de l’OPH, de prendre les dispositions nécessaires pour mettre fin à cette situation ».

     Lire aussi :   Avec la mise en examen d’Alain Gardère, la chute d’un pilier de l’ère Sarkozy

    Isabelle Rey-Lefebvre 
    Journaliste au Monde

     

    Quelques scandales préfectoraux

    Etc....




     


    votre commentaire
  • Abattu discrètement

    Ou quand le pouvoir passe, les arbres trépassent

    D'aucun diront qu'après tout ce n'est qu'un noyer et qu'il n'y a pas de quoi en faire un fromage.
    Mais le problème est plus grave qu'il n'y paraît. De plus en plus d'élus décident de « Nettoyer » la nature sous des prétextes injustifiables. Un maire capable de détruire un arbre sans véritable raison est aussi capable du pire.
    Dans cette petite commune sarthoise, le noyer ne dérangeait personne, en dehors d'élus cupides. Il n'est même pas fait état du risque éventuel que le noyer tombe sous un coup de vent. Ni d'ailleurs qu'il soit malade.
    Notre société devient intolérante, seulement motivée par des intérêts personnels. Nos élus prennent des décisions qui n'ont qu'un seul but, entretenir leur arrogance et des intérêts financiers.
    Il est sûr que le maire de St Maixent ne s'étouffera pas avec les noix de cet arbre, mais plus sûrement avec son pouvoir illimité. S'il repasse aux prochaines élections, c'est que les habitants n'ont rien compris !
    Gaulois.


    votre commentaire
  • Vote obligatoire

    Il y a plus d'une façon de faire fonctionner la démocratie, certainement pas celle de rendre obligatoire le vote.


    Quand à prétendre que le vote est un devoir à la mémoire de ceux qui ont versé leur sang pour la patrie, c'est une insulte de plus pour eux. Car c'est bien ceux pour qui ils ont voté qui les ont envoyés à la guerre comme chaire à canon.

    Décidément non, ceux qui nous gouvernent se trompent de démocratie.
    Au lieu de rendre le vote obligatoire, il serait et de loin plus démocratique de reconnaître le vote blanc. En effet, lorsqu'il sera, en plus d'être comptabilisé, reconnu et mis dans la balance pour les résultats du scrutin, Le changement sera radical. Il y a fort à parier qu'il y aura beaucoup moins d'abstentions et par voie de conséquence, une gouvernance réellement choisie par le peuple. Faut-il le rappeler sans cesse ! Le vote blanc est un mode d'expression que l'exécutif ne veut surtout pas reconnaître puisqu'il remet sa soi-disant légitimité en cause.
    Rendre le vote obligatoire est l'expression même de la dictature qui, en France, est déjà bien engagée.
    Gaulois.


    votre commentaire
  • Ce que coûte Sarkozy à l'état

    Mais l'état, c'est nous

    C'est normal, puisque c'est en France. Çà ne veut pas dire que dans certains pays, ce soit très différent.
    Ce qui suit n'est qu'un minuscule exemple de la part prélevée sur vos impôts pour " Engraisser " des profiteurs du système dénués de tout scrupule.
    C'est sans doute pour ça que le système fait une chasse impitoyable aux pauvres qui auraient eu la maladresse de tromper les institutins qui leur verse une aumône. Les Sarko et compagnie risqueraint de devenir pauvres à leur tour !
    Est-il besoin de le préciser, le système en question applique à la lettre " Selon que vous serez riche ou misérables..."  Aussi bien en justice qu'en économie, ce qui va de paire.
    J'espère que vous ne les croyez pas, ces tristes personnages qui prétendent agir pour le bien du peuple, dans l'intérêt général.
    Cocoricoooo....

    Gaulois.




     


    votre commentaire
  • Non merci pour ce moment

    Qui ne pense pas se faire du fric, dans ce bas monde ? Sans aucun doute, il serait bien plus aisé de compter celles et ceux qui sont «  Désintéressés » par le profit. Fondamentalement, peut-on remettre en cause le fait d'être riche ou le devenir ? Non bien sûr, mais lorsqu'il s'agit de s'enrichir sur le dos des plus pauvres, des plus faibles, ça pose problème. La façon de s'enrichir par des moyens aussi bassement pervers, comme cette « poule de luxe » défit toute moralité.
    Ceux qui pensent que la vie privée de notre « si aimé président » doit être préservée ont tout faux, même s'ils ont raison sur le fond. Quelques scènes de ménage « Fracassantes » auraient eu lieu à l’Élisée. Ce n'est pas grave, puisque c'est avec nos impôts que les millions d'euros de meubles cassés sont remplacés. La cocotte, avec la complicité tacite des médias dont elle est issue, a su manœuvrer pour se faire virer par le locataire en titre du palais, afin d'étaler à travers son livre sa rancœur dans les caniveaux de la voie publique. La « Putain de la république » ne risque rien en écrivant un torchon sur leur relation passée, tout au plus de gagner quelques millions d'euros. En France, c'est  coutumier de copier sur les États-Unis et il faut croire qu'elle s'est inspirée de l'affaire DSK.
    Il n'est pas osé de croire que la Julie prendra le même chemin.
    Gaulois.



     
     


    votre commentaire
  • Détournements de fonds publics au Sénat

    Ou plus ils en ont, plus ils en veulent ! Si vous préférez, argent public pour fortunes privées.

    Le rôle de ces parlementaires est plus que discutable. Le sénat n'est-il pas un refuge de luxe pour ces élus en mal de retraite dorée.  Ils n'hésitent pas, malgré un train de vie qui relève de la provocation, à détourner l'argent public dont le peuple aurait pourtant bien besoin.

    Que risquent ces élus, lorsqu'ils sont pris la main dans le sac...de l'argent sale. Certainement infiniment moins que le chômeur ou le smicard qui a fait une fausse déclaration afin d'améliorer sa maigre pitance.

    Encore et toujours, selon que vous serez puissant ou misérable.....

    Gaulois.

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Élu et généreux

    La grande majorité des élus profite sans vergogne de l'argent des citoyens. A l'opposé d'autres beaucoup plus rares acceptent de renoncer à une partie de leur salaire.
    L'initiative de ce maire mérite d'être connue, voir encouragée. Son geste est d'autant plus louable puisqu'il ne s'agit pas d'une très grosse commune et vous savez sans doute que le salaire du maire est proportionnel au nombre d'habitants :

    http://droit-finances.commentcamarche.net/faq/22156-salaire-d-un-maire-combien-gagne-celui-de-votre-commune

    Il me semble que les charges d'un maire sont inversement proportionnelles à la taille de sa commune. Plus petite est la commune et plus grande est la charge. Les grosses communes ayant des possibilités financières plus importantes et les moyens qui vont avec.
    De plus, une grande majorité de maires sont cumulards et exercent d'autres activités, qu'elles soient politiques ou privés.
    C'est donc tout à l'honneur de cet élu d'avoir renoncé à 78 % de ses indemnités de maire, au profit de sa commune.
    Gaulois.   
     


    votre commentaire
  • Vie privée - Suite

    Tout est bon pour faire du fric, sauf que celui-là est nauséabond. En effet, c'est plus gros que le nez sur la figure. Ces vrai-fausses premières dames de France savent en toute connaissance de cause qu' à un moment ou un autre, la presse s'emparera de leur vrai-fausse vie privée. Il y a fort à parier qu'elles s'affichent " Volontairement " afin de piéger " les journalistes. Ainsi, les tribunaux qui ne vont pas contrarier un président en exercice acceptent de donner une suite favorable à ces dames.

    Essayez donc de provoquer un journaliste qui vous photographie dans votre voiture et envoyez-le au tribunal. Ce dernier, au lieu de vous donner raison, classera l'affaire sans suite sous le seul prétexte que le journaliste fait son métier.

    Selon que vous soyez.......

    Gaulois.


    votre commentaire
  • Vie privée

     

     

     

     

     

     

     

    Si toutes les personnes prises en photo en maillot de bain sur la plage ou dans leur véhicule portaient plainte, il y a de fortes chances que la multitude des procédures ne serait jamais engagée. Partant de ce constat, il y a gros à parier que si ces dames n'étaient pas passées par la case « Première dame de France », elles n'auraient très certainement pas déposé plainte. Seulement voilà, comme toujours, il y a deux poids deux mesures. Si vous préférez, selon que vous serez puissant ou misérable..... En attendant, pour ces dames peu scrupuleuses, tout est bon pour se faire du fric.

    Pendant que la presse et les tribunaux nous occupent avec les tribulations de ces bourgeois, nous oublions - enfin pas tout-à-fait - nos soucis du quotidien, c'est-à-dire les fins de mois, le chômage... 

    Gaulois.

     

     


    votre commentaire
  • Salaires des banquiers

    Alors que l'on parle de crise, de fermetures d'usines et de chômage galopant, La pilule est plutôt indigeste.
    Le si peu d'argent que vous parvenez à obtenir ne vous appartient plus. Les banques ont mis la main dessus afin d'enrichir leurs dirigeants, toujours plus cyniques et gourmands.

    Le vent de réprobation dont il est question ne reste que du vent.
    Il serait temps que les usagers réagissent face aux pratiques bancaires abusives :
    http://www.capital.fr/finances-perso/dossiers/banques-les-pratiques-commerciales-abusives-perdurent-436641
    Des pratiques qui permettent de vous plumer allègrement au profit de la banque. C'est en quelque sorte le principe du vase communiquant dont l'équilibre n'est jamais assurée. 
    Gaulois.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Dexia
    http://www.contrepoints.org/2014/01/24/154370-les-dirigeants-de-dexia-saccordent-des-augmentations-de-salaire-de-30

     


    votre commentaire
  • Mariah Carey chante pour les dictateurs

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'argent n'a pas d'odeur. Il en est qui connaissent bien ce vieil adage et de fait, ne sont pas très regardants sur les moyens de s'enrichir. Trois ou quatre chansons et hop ! Un million de dollars. Quand en plus c'est pour le bon plaisir d'un dictateur, çà vous donne envie de vomir. La conscience de Mariah Carey est-elle aussi sale que cet argent ?

    Ce journal Suisse oublie-t-il le blanchiment d'argent des dictateurs par les banques de ce pays ?
    Gaulois.

    http://www.lematin.ch/people/Mariah-Carey-chante-pour-le-dictateur-de-l-Angola/story/26023995

    Le Matin - 21.12.2013
    La star a touché 1 million de dollars pour chanter pour José Eduardo dos Santos. Son attitude fâche la Fondation pour les droits de l’homme.

     

     

     

     

     

     

     Mariah Carey avec le président angolais José Eduardo Dos Santos

     

    Avec deux enfants à charge et Noël qui approche, Mariah Carey a bien besoin de faire quelques extras pour engranger vite fait bien fait quelques dollars. Ainsi donc, dimanche 15 décembre, elle a fait un rapide mais lucratif déplacement en Angola pour participer au gala de la Croix-Rouge. Elle était l’invitée vedette de la soirée où elle s’est produite pendant deux heures devant le président angolais, José Eduardo dos Santos. Montant du chèque endossé: un million de dollars, alors que le gala n’a fait que 65 000 dollars de bénéfices. Dans les faits, c’est l’entreprise de téléphones portables appartenant à la fille du président qui a payé sa prestation.
    Un précédent avec la famille Kadhafi
    La Fondation pour les droits de l’homme, basée à New York, a crié au scandale: «On dirait que Mariah Carey raffole de l’argent de dictateurs. C’est le triste spectacle d’une artiste internationale achetée par un Etat policier impitoyable pour divertir et blanchir la kleptocratie du duo père-fille au pouvoir qui a accumulé des milliards de richesses de manière illégale», a déclaré le président de la fondation. Dans le passé, Mariah Carey avait déjà chanté pour l’un des fils de l’ancien dirigeant libyen Muammar Kadhafi. Epinglée, elle s’était confondue en excuses, prétextant avoir été naïve: «Je me sens embarrassée d’avoir participé à ce désastre. Nous devons être plus attentifs à ceux qui sollicitent nos services.»

    Comment va-t-elle se défendre cette fois ?  


    votre commentaire
  • Le système Carignon



    Voilà un personnage – un parmi tant d'autres - qui ne manque pas d'air. Après les scandales de corruption et abus de biens sociaux dont il fut l'auteur dans les années 80 – 90.
    C'est, comme je le soulignais dans un article précédent, du même acabit que Juppé avec Bordeaux. Est-il nécessaire de préciser que la grande majorité des hommes politiques sont véreux et que s'ils occupent des hautes fonctions, c'est d'abord et avant tout pour leurs propres intérêts.

    En 1995, Philippe Descamps et Raymond Avrillier dévoilent dans un ouvrage extrêmement documenté ce qu'ils nommeront « Le système Carignon ». Il est encore possible de se le procurer à moindre coût :
    http://www.priceminister.com/s/le+syst%E8me+carignon

    Raymond Avrillier essuiera et c'est logique, de nombreuses critiques, mais pour l'avoir rencontré et assisté à deux conférences sur la gestion de l'eau grenobloise, je puis vous affirmer qu'il est d'une crédibilité sans faille.
    Gaulois.
    Prendre l'engagement de ne pas faire de politique est une gageure. Surtout lorsque l'envie de dénoncer les grands scandales nous taraudent.
     
    Raymond Avrillier, chercheur à l'université Pierre Mendès France de Grenoble, est conseiller municipal de Grenoble depuis mars 1989 (groupe écologiste). Il a joué un rôle majeur dans le dévoilement public des mécanismes du système Carignon. Philippe Descamps, diplômé de l'Institut d'études politiques de Grenoble, est journaliste depuis 1988. Il est aujourd'hui membre de la rédaction de France 3 - Alpes et correspondant d'Infomatin à Grenoble.

    Pour la première fois sous la Ve République, un ministre est passé en trois mois du gouvernement à la prison. A l'automne 1994, la chute brutale d'Alain Carignon, maire de Grenoble, président du conseil général de l'Isère, ancien ministre de l'Environnement puis de la Communication, a sonné comme un avertissement supplémentaire pour une classe politique désespérément myope ; mais tout n'a pas été dit, loin s'en faut, sur la logique et les mécanismes qui expliquent cette ascension et cette chute exemplaire. D'où l'intérêt de cet ouvrage qui, grâce à une enquête approfondie nourrie aux meilleures sources, révèle les arcanes du " système Carignon ". Un système construit autour de la volonté et de l'ambition d'un homme, incarnation d'une nouvelle génération politique forgée par le marketing et qui a remplacé la confrontation d'idées par une stratégie de communication tous azimuts. Un système qui a su tirer sa force des faiblesses de la décentralisation, par laquelle l'Etat a relâché ses contrôles sans permettre l'affirmation de contrepouvoirs locaux. Grenoble-Paris, Paris-Grenoble : l'ascension d'un homme, la chute d'un système. C'est cette double histoire que retrace ce livre, rigoureux et renseigné, combinant anecdotes inédites et analyses en profondeur. Un livre qui vient à son heure pour mieux apprécier les faux-semblants et les enjeux réels des réformes sur la moralisation de la vie politique adoptées après les incarcérations pour corruption liées à cette affaire.


    votre commentaire
  • Les tribulations et turpitudes de l'assemblée nationale

    Ou la sérénité fait loi

    Il paraît que nous sommes bien gouvernés. Ah bon !
    En tout cas, l 'assemblée nationale donne un triste exemple de cette  gouvernance. Ce ne sont pas les députés qui gouvernent me direz-vous, mais n'oublions pas que certains d'entre eux sont anciens membres des gouvernements successifs. Et puis ce sont bien eux qui proposent les lois. Pour cela, pas besoin de caqueter et mettre en exergue leur machisme.

    Les débats à l'assemblée peuvent être très animés et houleux, mais insulter les femmes députées démontre le niveau sexiste de ces messieurs qui, ne l'oublions pas, se situe au bas de leur cravate.

    Quand à celui-là, il a bien mené son affaire. En manque d'adversaires judoka, il préfère les trouver à l'assemblée.

     Gaulois.


    votre commentaire
  • Juppé chouchou des français

    Il faut croire que les français baignent dans l'incohérence ou la naïveté. A moins qu'ils ne soient pas ou très mal informés. Peut-être ont-ils aussi un faible pour les politiques véreux. Il n'est pas tabou non plus de penser que la presse, loin d'être neutre, favorise un retour en grâce de celui qui collectionne les scandales.
    Ce n'est pas hasardeux de comparer les méthodes de Juppé à celles de Alain Carignon :
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/Carignon.pdf
    http://www.decitre.fr/livres/le-systeme-carignon-9782707124401.html
    Juppé, tout comme Carignon et bien d'autres, n'a aucun scrupule. Les électeurs moutons ont la mémoire courte, quand Juppé revient du Canada et saute sur Bordeaux.

     En 2006, Stéphane Lhomme retrace quelques scandales dans son livre intitulé : « Alain Juppé saute sur Bordeaux » 
    Le Mot de l'éditeur : Alain Juppé saute sur Bordeaux
    Le 28 août 2006, les élus UMP-UDF de Bordeaux ont démissionné en bloc pour provoquer une élection municipale anticipée et permettre à Alain Juppé - condamné fin 2004 à un an d'inéligibilité pour «prise illégale d'intérêt» - de récupérer «son» siège de maire de Bordeaux.
    Le suffrage universel serait ainsi, selon certains, une sorte de «machine à laver» l'honneur des repris de justice, et, pourquoi pas, une sorte de blanchisseuse à turpitudes...
    Pour justifier ce tour de passe-passe, les zélateurs d'Alain Juppé ont avancé son bilan municipal : le maire Juppé aurait fait merveille.
    Ce livre revient sur ces «merveilles» et dénonce ses fautes morales, et montre que son bilan, à Bordeaux, est très négatif: arrêté anti-SDF, église attribuée aux intégristes, accueil somptueux de Vladimir Poutine, subvention à Johnny Hallyday, annulation par la justice de divers marchés publics dont celui du tramway, perpétuation du scandale financier sur l'eau au profit d'une multinationale...
    Enfin, et ce n'est pas le moins important, l'auteur rappelle les dérives de M. Juppé du temps de sa vie parisienne, lorsqu'il occupait un luxueux logement qui n'avait d'HLM que le nom... et le loyer.

    Extrait du livre :
    L'homme «non providentiel» de Bordeaux

    Par ailleurs, contrairement à une idée habilement mais indûment répandue par les supporters d'Alain Juppé, la «stature nationale» de ce dernier n'a été d'aucune utilité sur divers dossiers qui nécessitaient de la poigne ou, du moins, un soupçon d'autorité ou, a minima, un brin d'expérience.
    Bien au contraire, le supposé «homme providentiel» s'est fait berner par le Port autonome lors du transfert des quais à la communauté urbaine de Bordeaux (CUB) ; des attributions de marchés publics ont été annulées par la justice, en particulier concernant le dossier emblématique du tramway ; sur les affaires fondamentales de l'eau et de l'assainissement, Alain Juppé n'a pas rectifié les lourdes erreurs de son pré­décesseur, et il les a même perpétuées.
    Enfin, il faut bien revenir sur quelques dossiers qui ne sont pas liés à l'action municipale d'Alain Juppé mais qui sont eux aussi tout à fait édifiants : les fameuses «affaires» dans lesquelles l'ancien bras droit de Chirac a été impliqué et pour lesquelles il a été si peu puni. Sans oublier les logements (HLM pour les loyers, mais luxueux dans les faits) occupés à Paris par M. Juppé et des membres de sa famille.
    Nous verrons que la protection de l'environnement reste un thème totalement ignoré par l'ancien Premier ministre. Il sera aussi question du rôle joué par Juppé lors du passage du nuage de Tchernobyl sur la France. Et, bien qu'il reste étonnamment actif, nous tenterons de l'envoyer à la retraite... en nous penchant sur la façon dont il a sauvegardé ses droits acquis, au moment même où ceux des citoyens ordinaires étaient remis en cause...
    Gaulois.





    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique