• Pas de pauvres en ville

    Ou échange pauvreté contre tranquillité.
     
    Ces arrêtés anti-mendicité donnent une idée assez précise de la mentalité des élus. Mis à part quelques rares exceptions, c'est le vrai visage de la France qui ressort à travers ces mesures discriminatoires. Le maire de Dreux et le département de l'Eure et Loir donnent un triste exemple de ce qui se pratique dans un pays où la misère et la différence ne font pas bon ménage avec les nantis.
    Les élus ne veulent plus de pauvres, de gens du voyage, d'immigrés « de marginaux » sous le prétexte hypocrite de répondre aux réclamations des riverains racistes et xénophobes, plus soucieux de leur image de marque et par peur de voir ces miséreux dans leur miroir. Pourtant, c'est bien la politique globale de ces « décideurs » qui conduit à la misère. Ils jugent sur la forme, pas sur le fond du problème.
    C'est bien connu, là où règne la richesse, survit la misère. Simple question de vases communicants. Ou si vous préférez, que l'on supprime la richesse et la misère disparaîtra, avec tout le cortège d'injustices.
    Les arrêtés anti-mendicité ne feront pas disparaître la pauvreté. Même en organisant la ghettoïsation d'une catégorie de la « couche sociale ». 

    Gaulois.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :