• Expulsion sauvage

    Ou le social vu par les propriétaires.

    Les propriétaires, à défaut de respecter la loi, appliquent leur propre loi parfois dans des conditions insoutenables. Exemples :
    Il est arrivé qu'une jeune femme s'est vue refuser la location, juste avant de signer le bail, tout simplement parce qu'elle travaillait en intérim.
    Un jeune couple se voit également refuser une location parce qu'il n'a  pas d'enfant, prétextant que le logement est trop grand pour deux.
    Une location est refusée lorsqu'il y a un chien, ou un chat. C'est interdit.
    Le prélèvement automatique bancaire est imposé pour le règlement du loyer, c'est interdit.
    Les locataires qui n'exigent pas de bail « Écrit » se voient augmenter le loyer, alors qu'en l'absence de ce bail écrit, toute augmentation est illégale.
    Des locataires se voient expulsés avant la fin du bail en toute illégalité.
    D'autres le sont sans décision de justice, quelle que soit la raison invoquée par le propriétaire. Il n'est pas rare que le locataire, rentrant du travail le soir, trouve ses meubles dans la rue, avec l'impossibilité de rentrer dans le logement qu'il occupait c'est parfaitement immonde et illégale.
    Ceci n'est qu'un aperçu de la jungle qui règne dans ce domaine, comme par exemple des locations de logements insalubres, à des prix exorbitants.
    L'exemple de cet article est criant de vérité. Typique de ce qui se pratique en France. La mauvaise foi de ce propriétaire est ignoble.
    Si les locataires sont vulnérables, rien ne leur interdit pourtant de se défendre et faire valoir leur bon droit.
    Gaulois.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :